Août 2020 : les tendances du marché automobile

Temps de lecture estimé : 11 minutes.

Le marché des VO performe toujours !

Malgré l’ampleur de la crise, on a pu observer une relance assez considérable du marché des véhicules neufs et d’occasion ces deux derniers mois. Grâce à l’intervention du Gouvernement, l’ensemble des mesures prises comme la nouvelle prime à la conversion ou le bonus écologique, qui s’applique désormais aussi bien aux véhicules électriques qu’hybrides rechargeables, ont pu stimuler la demande.

30% de performance en plus au mois de juin 2020 par rapport à juin 2019

Le mois de mai et son déconfinement ont pu sortir le marché automobile de sa phase d’hibernation forcée, pour le permettre assez rapidement de retrouver une dynamique raisonnable. Il ne faut toutefois pas se leurrer, il faudra sans doute encore plusieurs mois avant que le nombre d’immatriculations atteigne de nouveau les chiffres d’avant le confinement. En effet en juin dernier, on constatait toujours une baisse de 8,4% au regard du mois de juin 2019.

Pourtant si le retour définitif du marché du neuf risque de prendre encore beaucoup de temps, le marché des véhicules d’occasion a redémarré d’autant plus vite. En effet, le mois dernier, on a pu enregistrer une hausse – et non une baisse – de 30% par rapport au mois de juin 2019 ! Dans la même logique, le marché de l’occasion n’a enregistré une baisse que de 17%, contre 40% pour le marché du neuf), sur le premier semestre 2020.

La prime à la conversion a donc bel et bien joué un rôle décisif, puisqu’environ 18% des ventes sur le mois de juin ont bénéficié de cette dernière. Cette tendance se confirme d’ailleurs sur le début du mois de juillet et devra se poursuivre sur le mois d’août, avant de s’estomper à la fin du mois et en septembre, le nombre de dossiers pouvant profiter de cette prime étant limité à 200.000.

Alors oui, la prime à la conversion a joué son rôle puisqu’on estime que 18% des véhicules vendus le mois dernier ont bénéficié de la prime à la conversion. Cette tendance devrait se confirmer ce mois-ci, avant de s’essouffler aux mois d’août et de septembre car la nouvelle prime est limitée à seulement 200’000 dossiers.

Aujourd’hui, on estime que déjà plus de la moitié du quota a été consommée.

Source : Motor1

 

Ce que cache la reprise du marché automobile en juin

La hausse de 1,2 % des ventes de voitures neuves en juin au regard du même mois en 2019 est relative, portée par le retour de la demande des particuliers stimulée par les aides gouvernementales et principalement électrique.

Le 1er juillet dernier, le CCFA (Comité des Constructeurs Français d’Automobiles) a annoncé une hausse des ventes de véhicules neufs de 1,2% par rapport à la période équivalente de l’année dernière. Si cette reprise redonne un sérieux espoir et le sourire après cette crise qui a durement touché la filière, il convient néanmoins de ne pas s’emballer trop vite et de considérer avec grande précaution ces chiffres.

  • On relève en premier lieu un biais de calendrier, car le mois de juin 2020 comptait deux jours ouvrés de plus que juin 2019. Si l’on corrige ce biais, le marché reste alors en légère baisse.
  • Les différences entre constructeurs concernant la reprise sont marquées. Il y a de vrais gagnants en France sont sans aucun doute Toyota, Ford, Hyundai, Skoda, BMW, Mercedes. Ceux qui peinent encore beaucoup sont Volkswagen, Audi et surtout Fiat-Chrysler, qui affiche une baisse de 40 %. Du côté des constructeurs français, c’est le groupe Renault qui se porte le mieux avec une hausse de 6,5% et plus de 30% des parts de marchés. Peugeot reste quant à lui toujours à -9%.
  • Par ailleurs cette reprise est d’abord et avant tout un simple rattrapage :  “les chiffres des ventes sont bons, mais, la vérité, c’est que la reprise dans nos usines n’est pas encore totale ; on a un certain nombre de stocks qui ont été écoulés”, explique Luc Chatel, président de La Plateforme Automobile (PFA) sur BFM Business.

Les véhicules d’entrée de gamme se sont le mieux vendus

Le deuxième élément qu’il faut bien avoir en tête, c’est l’effet stimulant des primes gouvernementales. Selon le CNPA (Conseil National des Professionnels de l’Automobile), qui regroupe constructeurs et vendeurs de voitures, la moitié de l’enveloppe des 200.000 primes à la conversion a été octroyée le mois dernier. Cette aide de 5.000 euros pour la mise au rebut d’un vieux véhicule polluant est versée à la condition que le revenu par part fiscale du foyer n’excède pas 18.000 euros par an (ou 54 000 euros pour une famille de deux enfants). Elle s’applique à l’achat d’un véhicule récent (neuf ou d’occasion). Le total de cette prime à la conversion sera épuisé “dans le courant du mois d’août”, a détaillé M. Chatel.

Etant donné que la prime exclue les ménages les plus aisés, il semble en ce sens assez logique que ce sont les véhicules d’entrée de gamme qui se soient le mieux vendus.

Par ailleurs, cette prime à la conversion a pour effet le retour des acheteurs particuliers (environ la moitié du marché), contrairement aux professionnels. Si les flottes d’entreprises se sont modestement accrues, les loueurs de courte durée, en général en constante augmentation avec l’arrivée des vacances, restent peu actifs. Ceci explique les bons résultats des marques qui ont une gamme fournie de petits véhicules abordables, comme Dacia (+ 8 %) ou Suzuki (+ 55 %).

L’électrique : le vent en poupe

Si le marché de l’automobile a connu le pire recul de son histoire sur ce premier semestre, il convient toutefois de noter que les acheteurs achètent toujours plus d’électrique. L’aide à l’achat de véhicules électrique donnée par le Gouvernement n’y est sans aucun doute pas pour rien (7000€ pour les particuliers et 2000€ pour les véhicules électriques. Ainsi, la part des véhicules 100% électrique a triplé entre juin 2019 et juin 2020, et celle des hybrides a été multipliée par cinq. C’est précisément la Renault Zoé qui a connu le plus gros succès (17000 en six mois).

Les ventes de véhicules légers électrifiés, électriques et hybrides rechargeables, ont affiché un record en juin 2020 avec très précisément 22630 unités immatriculées, soit une hausse de 231 % comparé à juin 2019.

Source : Le Monde, Flotte Automobile

 

Tesla devient l’entreprise du secteur automobile mondial la plus chère en Bourse

Tesla, l’entreprise de véhicules électriques, franchit une nouvelle étape en devenant la plus chère en Bourse. La valeur boursière de Tesla s’élève à 207,7 milliards de dollars.

Le constructeur vedette de véhicules électriques premium Tesla est devenu le premier jour du mois de juillet le constructeur automobile valorisé le plus cher en Bourse, détrônant Toyota. Pourtant, l’entreprise japonaise réalise un chiffre d’affaires bien inférieur à son concurrent japonais. La valeur boursière de Tesla se situe à 207,7 milliards de dollars à Wall Street, contre 202 milliards pour Toyota. L’action du constructeur californien s’est clôturée à 1119,63 dollars : un record de plus dans ses annales. Ce qui est particulièrement impressionnant, c’est que seulement quelques mois ont été suffisants à Tesla pour doubler son sa capitalisation boursière qui atteignait 100 milliards de dollars en janvier dernier. Une ascension fulgurante, donc.

A contrario, les constructeurs américains traditionnels (comme General Motors ou Fiat Chrysler) ont recensé sans réelle surprise au deuxième trimestre 2020 une chute vertigineuse de leurs ventes, soit plus d’un tiers aux Etats-Unis, à cause du confinement lié à la propagation fulgurante du Covid19.

Des ventes malgré la pandémie

Bien que les chiffres de Tesla ne soient pas encore sortis, le patron Elon Musk indiquait il y a quelques jours seulement vouloir livrer toujours plus de 500.000 véhicules sur l’année, et ce malgré la pandémie. Il est toutefois intéressant de noter que ces chiffres sont largement inférieurs à ceux de Toyota su l’année 2019, dépassant allègrement les 10 millions de véhicules vendus.

Pourquoi une telle effervescence autour de Tesla ?

La marque d’Elon Musk est largement associée à l’innovation technologique et à la protection de la planète, avec sa promesse de produire les véhicules les plus propres du marché. Ces derniers mois, le constructeur a également démontré pouvoir fabriquer un commercialiser ses véhicules en masse. Le groupe est désormais présent sur le continent asiatique, via son complexe installé à Shanghaï lui permettant de limiter les désagréments découlant la guerre économique sino-américaine.

Sources : Actu – “examens 2020”

 

Marché de la LLD (location longue durée) : un départ à la hausse en juin 2020

Selon les derniers chiffres publiés par le Sesamll (le syndicat des entreprises des services automobiles LLD et des mobilités), les immatriculations de véhicules légers en location longue durée ont progressé de 4,9 % en juin 2020 par rapport à juin 2019, s’élevant à 63 708 unités précisément. Avec le confinement, les immatriculations de véhicules légers en LLD avaient chuté de 60% en mars, de 84,3 % en avril et de 50,2 % en mai.

Source : Sesamll

 

LES 5 NEWS AUTO DU MOIS

Nissan X-Trail : ultimes versions

Selon Floauto, le Nissan X-Trail de 4e génération sera commercialisé dès 2021. Pour bien finir sur les chapeaux de roue, la génération actuelle née en 2014 obtiendra les dernières évolutions du 1.7 dCi de 150ch commun à l’alliance Renault-Nissan. Il y aura en particulier une forte baisse du CO2 (jusqu’à 17 %) qui pointe désormais à 156 g pour la version 5 places et à 158 g pour la 7 places. L’offre moteurs est du reste simplifiée : la boîte automatique X-Tronic à variateur disparaît du catalogue et seul ce dCi 150ch boîte manuelle est proposé sur ce véhicule.

Source : Floauto

La toute première génération de la BMW Série 2 Gran Coupé

C’est la concurrente directe de la Mercedes-Benz CLA, qui vient du reste d’être déclinée en version AMG. La BMW Série 2 Gran Coupé est, comme son nom l’indique, une berline aux allures de coupé. Elle rtessemble à sa grande soeur la BMW Série 4 Gran Coupé, qui sera d’ailleurs renouvelée prochainement.

Source : Motor1

BMW X1 xDrive 25e : un bon compromis

S’il manquait encore un atout au BMW X1 pour renforcer sa position sur le marché du SUV premium compact, l’arrivée d’une motorisation hybride rechargeable de 220ch qui aujourd’hui est sans concurrence peu enthousiasmer. En ce sens, le X1 xDrive 25e arrive à point : il bénéficie, en plus de l’exonération de TVS sur 36 mois, de l’aide gouvernementale de 2 000 euros grâce à son prix de 48 950 euros TTC en Business Design, de son CO2 à 40 g et de son autonomie en mode électrique de 59 km en cycle urbain. Que des bon point pour ce véhicule qui fait un sans faute !

Source : Floauto

Nouvelle Fiat 500 France Edition : la petite électrique baisse son prix

Avec un tarif prévu à 37.000 €, la nouvelle icône de Fiat en a inquiété plus d’un lors de sa présentation. Fiat choisi le haut de gamme en commençant par commercialiser le Cabriolet dans une série de lancement La Prima, ultra-équipée. La version « berline » non cabriolet a suivi, mais toujours à un prix élitiste. Cela va changer, avec un prix de départ prévu à 17.900 € en incluant bonus et prime à la conversion.

Source : Automobile-propre

Pour finir en beauté : une nouveauté chez Lamborghini ?

Il y a quelques jours, le constructeur italien a dévoilé son nouveau hors-bord le Tecnomar 63. La marque va également présenter la SCV12 à moteur V12 dans les semaines à venir. On apprend toutefois au début du mois l’arrivée d’un troisième véhicule… Affaire à suivre !

Source : Sportauto

Vous aimerez aussi...

Réglementation COVID en voiture : quelles sont les nouvelles mesures à respecter ?

Réglementation COVID en voiture : quelles sont les nouvelles mesures à respecter ?

Lire la suite
Les voitures qui marquent la rentrée auto 2020

Les voitures qui marquent la rentrée auto 2020

Lire la suite
Les véhicules les plus vendus en France à l’été 2020

Les véhicules les plus vendus en France à l’été 2020

Lire la suite
Septembre 2020 : les tendances du marché automobile

Septembre 2020 : les tendances du marché automobile

Lire la suite