Déconfinement : quelles prévisions pour le marché automobile ?

Temps de lecture estimé : 8 minutes.

Déconfinement : les prévisions du marché auto en 2021

 

Les effets du déconfinement sur le marché auto en 2021

 

Après de long mois d’attente, la vie semble progressivement reprendre son cours normal. Une aubaine pour les constructeurs, durement frappés par la crise sanitaire et économique. Une question se pose néanmoins : est-ce que le déconfinement répondra à leurs attentes ? Pour y répondre, découvrez toutes les principales prévisions concernant le marché automobile de 2021. 

Déconfinement : des indicateurs positifs pour le marché auto

 

Alors qu’elles ne pouvaient recevoir des clients que sur rendez-vous depuis de nombreux mois, les concessions automobiles viennent enfin de rouvrir leurs portes au public. Bien que les achats de voiture à distance aient constitué une alternative durant cette période de restrictions, la réouverture des showrooms pourrait véritablement relancer le secteur. Pour s’en convaincre, il suffit d’analyser le comportement des Français au sortir du tout premier confinement : en juin 2020, plus de 585 000 voitures d’occasion avaient été vendues. Un résultat historique, 27 % plus important qu’en juin 2019 (1). Bien que moins impressionnant, le constat était le même sur le marché de la première main : il s’est vendu 233 000 voitures neuves en juin 2020 (2), contre seulement 21 000 en avril, deux mois auparavant (3). Si le scénario se reproduit, le nombre de ventes devrait donc exploser dans les mois qui viennent.

 

Pour l’heure, il est encore trop tôt pour dire si la reprise se confirme. Néanmoins, les tendances actuelles du marché automobile invitent à l’optimisme. Sur les 4 premiers mois de l’année, 582 000 voitures particulières neuves ont été commercialisées (4). Certes, le volume de ventes n’est pas encore celui de 2018 ou de 2019 (741 000 ventes sur les 4 premiers mois de 2019 par exemple) (5). Il a néanmoins progressé de près de 51 % par rapport à 2020 (4), période du tout premier confinement. Au final, l’éventuelle relance du marché va principalement dépendre d’un facteur : les acheteurs seront-ils au rendez-vous du déconfinement ?

Marché auto : des prévisions encourageantes pour 2021

 

En 2020, avec seulement 1,65 million de ventes neuves sur 12 mois (6), le marché automobile tricolore avait connu son plus faible niveau depuis 1975. Bien qu’il soit encore difficile de se projeter, le contexte sanitaire pouvant évoluer à tout moment, tout le monde est d’accord pour dire que les ventes vont repartir à la hausse en 2021. Reste une grande inconnue : dans quelle proportion cette relance va-t-elle se faire ? À en croire le cabinet IHS Markit, 1,8 million de voitures neuves devraient être commercialisées cette année, soit une progression de 10 %. Certes, la reprise est bien là, mais elle semble encore timorée, signe que le secteur ne s’est pas encore remis. Si les conclusions de IHS Markit sont partagées par le cabinet Inovev, celui-ci tablant sur une progression de 8 % pour le marché des véhicules légers (voitures particulières et utilitaires), d’autres se veulent plus optimistes (6). C’est tout particulièrement le cas de l’Observatoire Cetelem et du cabinet C-Ways, prévoyant une croissance du marché de 19 % (7).

 

Au-delà de ces chiffres, les analystes s’entendent à dire que la reprise du marché auto dépendra directement de l’évolution du PIB (Produit intérieur brut). Avec une croissance de 5 %, correspondant aux dernières projections de la Banque de France, tout laisse à croire que le marché tricolore ne repassera pas la barre des 2 millions d’unités avant 2022, voire même 2023. Pour cela, faut-il encore que les voitures d’occasion et leurs nombreux avantages à l’achat ne continuent pas à faire de l’ombre aux véhicules neufs. Mais, surtout, la reprise semble corrélée à l’évolution de la crise sanitaire. Campagne de vaccination, nouvelles restrictions, relance économique, moral des Français… autant d’éléments qui vont en effet conditionner l’avenir du secteur.

Le virage électrique est (déjà) amorcé

 

Indépendamment de l’évolution des ventes, le marché auto devrait tirer profit de la crise sanitaire et économique pour se transformer. Premier changement notable : l’électrification rapide du parc automobile à court terme. Après avoir vu leurs ventes progresser de 260 % en 2020, leur permettant de s’accaparer 6,7 % des ventes annuelles, les voitures électriques devraient représenter 10 % du marché dès 2021, toujours selon les prévisions du cabinet IHS Markit (7). 

 

Cette transition vers le tout électrique ne doit d’ailleurs rien au hasard. Il faut dire que tout l’environnement plaide en leur faveur : les nombreuses aides financières (bonus écologique, prime à la conversion, bonus sur les électriques d’occasion, etc.), l’interdiction de circulation des thermiques en ville, l’essor des bornes de recharge (100 000 points publics annoncés pour 2021) ou encore l’obligation pour les constructeurs de réduire leurs émissions de CO2. Preuve de ce nouvel engouement, plus de 30 nouveaux modèles ont été annoncés pour les mois qui viennent.

Un marché qui profite de la crise pour se réinventer

 

L’essor des véhicules électriques n’est pas la seule évolution attendue pour cette année. En effet, d’autres prévisions sont annoncées sur le marché auto en 2021, mais également pour les années suivantes.

  • Le déclin du thermique : bien que le débat sur le diesel soit toujours d’actualité, il ne représente en réalité plus que 24 % des ventes (contre 52 % en 2016 par exemple) et devrait être amené à disparaître à court terme. L’électrification du marché semble également condamner les voitures essence, même si celles-ci font encore de la résistance (43,5 % de part de marché sur les 4 premiers mois de 2021) (4).
  • Le rebond des utilitaires : après avoir bien résisté à la crise sanitaire (- 16,1 % en 2020), le marché des utilitaires devrait rapidement repartir à la hausse, principalement car de nombreuses commandes n’ont pas pu être livrées. Résultat, le cabinet IHS Markit table sur une progression de 2,8 % en 2021, bien que certains acteurs misent – pour leur part – sur une croissance à 2 chiffres (7).
  • Des ventes qui se digitalisent : bien que les restrictions soient progressivement levées, difficile d’imaginer que tout redeviendra comme avant. La peur d’être contaminé pourra d’ailleurs pousser de nombreux automobilistes à privilégier l’achat à distance, donnant une nouvelle importance aux outils digitaux. À titre d’exemple, The Economist estime que les ventes en ligne représenteront 10 % du marché neuf en 2021, soit deux fois plus qu’avant la crise (8).
  • Des difficultés à l’exportation : à l’échelle mondiale, le marché automobile devrait aussi être impacté par plusieurs éléments d’ordre géopolitique. C’est le cas par exemple du Brexit, pouvant limiter l’accès des constructeurs britanniques à l’Europe, et de la guerre des taxes entre Chine et Etats-Unis. Autant de facteurs pouvant avoir des effets non négligeables sur les exportations.
  • Le cap de l’autonomie : bien qu’elle ne soit pas encore autorisée, la conduite autonome est véritablement en marche. Alors que de nouvelles innovations sont attendues cette année, PwC estime que 42 % des kilomètres parcourus en Europe se feront à bord d’un véhicule autonome dès 2030 (9).

 

Même s’il ne touche pas directement le marché auto, un dernier élément semble devoir bouleverser notre usage de la voiture : l’essor de la mobilité partagée, celle-ci devant représenter plus d’un kilomètre sur trois d’ici 2030 à en croire le cabinet PwC (10). De quoi peut-être faire du covoiturage et du libre-service le véritable avenir de l’automobile.

 

Sources :

(1) Déconfinement : les Français se sont rués sur les voitures d’occasion – Caradisiac – 2020

(2) Le marché automobile français – Juillet 2020 – CCFA – 2020

(3) Le marché automobile français – Mai 2020 – CCFA – 2020

(4) Le marché automobile français – Mai 2021 – CCFA – 2021

(5) Le marché automobile français – Mai 2019 – CCFA – 2019

(6) Marché automobile. Les prévisions de ventes en Europe en 2021 – L’Argus – 2021

(7) Les prévisions de ventes des marques automobiles en France en 2021 – L’Argus – 2021

(8) Industries in 2021 – The Economist – 2020

(9) Digital Auto Report : Retrouvez la 6ème edition de notre étude – PwC – 2018

(10) Automobile: cap sur la route de l’autonomie – PwC – 2019

CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Le marché automobile devrait progresser de 10 % en 2021.
  • Le nombre de ventes neuves ne devrait pas atteindre les 2 millions d’unités avant 2022 ou 2023.
  • La voiture électrique devrait représenter 10 % des ventes dès cette année.
  • La digitalisation des ventes, l’autonomie et la mobilité partagée sont les 3 grandes tendances attendues pour les années à venir.

LE POINT DE VUE DE LAURIE

« Quel que soit le temps que cela prenne, le marché automobile se remettra forcément de la crise. La question est plutôt de savoir si les Français se reconnaissent toujours dans l’offre auto après ces mois de confinement. À n’en pas douter, les prochaines semaines seront riches en enseignements. »

Vous aimerez aussi...

Présentation et avis du Land Rover Ranger Rover de 2022

Présentation et avis du Land Rover Ranger Rover de 2022

Lire la suite
Paiement par empreinte digitale sur ma voiture : c’est la nouvelle proposition de Mercedes !

Paiement par empreinte digitale sur ma voiture : c’est la nouvelle proposition de Mercedes !

Lire la suite
Nouveau décret des aides à l’acquisition de véhicules verts : quelles règles en 2022 ?

Nouveau décret des aides à l’acquisition de véhicules verts : quelles règles en 2022 ?

Lire la suite
D’où viennent les voitures importées en France

D’où viennent les voitures importées en France

Lire la suite