Le co-voiturage en pleine épidémie : toujours aussi efficace ?

Temps de lecture estimé : 5 minutes.

Covid-19 : le covoiturage est-il sûr durant la crise sanitaire ?

Faut-il faire du covoiturage en période de Covid-19 ?

 

Bien qu’il soit toujours autorisé à l’heure du reconfinement, le covoiturage présenterait un risque accru de contamination au Covid-19. Découvrez les règles à suivre et nos conseils pour covoiturer en toute sécurité.

 

Le covoiturage, autorisé sous conditions

 

Alors qu’un troisième confinement vient de débuter, limitant considérablement les déplacements, le covoiturage reste pourtant autorisé en cette période de crise sanitaire. Néanmoins, plusieurs règles doivent impérativement être respectées par les covoitureurs :

  • le port du masque est obligatoire pour tous les passagers de plus de 11 ans, mais également pour le conducteur (sauf s’il est séparé des passagers par une paroi) ;
  • seuls les déplacements respectant les mesures de confinement et de couvre-feu sont autorisés ;
  • en cas de motif légitime, chaque passager doit disposer d’une attestation de déplacement ou d’un justificatif de son employeur ;
  • seuls 2 passagers sont admis pour chaque rangée de sièges arrière (sauf si les passagers appartiennent au même foyer ou voyagent ensemble), tandis qu’un passager peut s’assoir à l’avant ;
  • le conducteur peut refuser l’accès de son véhicule à un covoitureur ne portant pas de masque.

 

Les bons réflexes pour covoiturer durant l’épidémie de Covid-19

 

Outre les obligations fixées par les pouvoirs publics, les covoitureurs se doivent d’appliquer certains gestes de bon sens afin de limiter le risque de contamination au sein du véhicule. À ce titre, il est recommandé :

  • d’aérer le véhicule régulièrement et de désinfecter les surfaces en contact avec les passagers ;
  • d’éviter l’usage de la fonction recyclage d’air, bloquant le renouvellement de l’air et présentant un risque accru d’infection ;
  • de se laver les mains et de désinfecter ses effets personnels avant d’entrer ou de sortir du véhicule ;
  • de ne pas manger dans le véhicule et d’emporter ses déchets avec soi.

 

Covid-19 et covoiturage : un risque accru de contamination ?

 

En décembre dernier, alors que de nombreux Français ont covoituré à l’occasion des fêtes de fin d’année, l’étude épidémiologique ComCor révélait que le covoiturage pourrait augmenter le risque d’être infecté au Covid-19 (1). Réalisée par l’Institut Pasteur, en partenariat avec la Cnam (Caisse nationale de l’Assurance maladie), l’institut IPSOS et Santé publique France, elle avait alors fait grand bruit. Cette conclusion a finalement été confirmée début mars, la même étude affirmant cette fois que le covoiturage augmente de 58 % le sur-risque d’infection, qu’il soit réalisé entre proches ou via des plateformes de mise en relation (2). Les covoitureurs auraient ainsi 1,4 fois plus de chances d’être contaminés, probablement car « l’espace y est réduit et le port du masque n’y est pas systématique » comme l’estime l’épidémiologiste Arnaud Fontanet (3).

 

Les résultats avancés par l’Institut Pasteur porte un coup d’autant plus fort au covoiturage que la même étude indique que les transports en commun, pour leur part, n’augmentent pas le risque d’infection au Covid-19 (2). Suite à ces révélations, la plateforme BlablaCar n’a pas attendu pour réagir, rappelant que « le covoiturage sur BlaBlaCar est un des modes de transport les plus sûrs puisqu’il minimise les contacts », dans la mesure où le véhicule n’accueille que 2 à 4 personnes, contrairement aux transports en commun dans lesquels les voyageurs se croisent par centaines (4).

 

Les Français pas encore prêts à abandonner le covoiturage

 

Alors, dangereux le covoiturage ? Difficile de répondre formellement, tant le sur-risque d’infection dépend essentiellement des comportements adoptés par le conducteur et les passagers. Toujours est-il que, depuis le début de la crise sanitaire, le nombre de trajets en covoiturage a fortement diminué. Toutefois, selon l’enseignant-chercheur à la Rennes School of Business Mehdi Farajallah, cette réduction semble davantage résulter des restrictions de déplacement que de la peur d’être contaminé. D’ailleurs, il estime même que les utilisateurs devraient rapidement revenir à ce mode de transport, une fois les contraintes levées (5).

 

Malgré tout, l’enseignant-chercheur reste persuadé que le covoiturage domicile-travail ne vas pas repartir de si tôt. Avec l’essor du télétravail, théoriquement obligatoire actuellement, le nombre de trajets pour se rendre au travail devrait rester limité encore quelques temps, impactant en toute logique le covoiturage. Il ne reste désormais plus qu’à savoir si d’autres modes de transport vont en profiter et si, dans les mois qui viennent, la voiture individuelle va redevenir une évidence.

 

Sources :

(1) Étude ComCor sur les lieux de contamination au SARS-COV-2 : où les Français s’infectent-ils ? Institut Pasteur – 2020

(2) ComCor : Etude des facteurs sociodémographiques, comportements et pratiques associés à l’infection par le SARS-CoV-2 – Institut Pasteur – 2021

(3) Covid-19: le covoiturage, source de contaminations ? – BFM TV – 2021

(4) Covid-19 : le covoiturage “est sûr et plébiscité par les voyageurs”, assure Blablacar – La Dépêche – 2021

(5) Transport. Le coronavirus aura-t-il la peau du covoiturage ? – Ouest France – 2021

 

CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Le covoiturage est autorisé sous conditions : port du masque obligatoire, 2 passagers maximum par rangée et obligation d’avoir une attestation.
  • Il faut respecter les gestes barrières à bord, aérer le véhicule et désinfecter l’habitacle.
  • Le covoiturage augmenterait de 58 % le sur-risque d’infection au Covid-19.
  • Le besoin de covoiturer devrait prendre le pas sur la peur d’être contaminé.

 

LE POINT DE VUE DE LAURIE

« Que le risque de contamination soit plus important ou non en covoiturage, toujours est-il qu’il est impératif de limiter ses déplacements au strict nécessaire à l’heure actuelle. Et si vous ne pouvez pas faire autrement, n’oubliez pas de respecter les gestes barrières, aussi contraignants soient-ils. »

Vous aimerez aussi...

Les véhicules électriques : où en sera-t-on en 2022 ?

Les véhicules électriques : où en sera-t-on en 2022 ?

Lire la suite
Les tendances du marché automobile

Les tendances du marché automobile

Lire la suite
Comment obtenir votre prochaine voiture si vous habitez l’un des départements reconfinés ?

Comment obtenir votre prochaine voiture si vous habitez l’un des départements reconfinés ?

Lire la suite
Epic Games s’associe à des constructeurs pour créer des simulations en réalité virtuelle

Epic Games s’associe à des constructeurs pour créer des simulations en réalité virtuelle

Lire la suite