Nouvelle Citroën C5

Temps de lecture estimé : 8 minutes.

Présentation de la nouvelle Citroën C5 X de 2021

 

Nouvelle Citroën C5 X : un ovni chez les berlines familiales

 

Dévoilée à la presse le 12 avril dernier, après avoir été aperçue à plusieurs reprises en version camouflage, la nouvelle Citroën C5 X cumule les surprises. Outre l’ajout d’une lettre à son nom, la troisième génération de la C5 revendique un style inédit pour une berline familiale, empruntant certains traits des breaks et des SUV. Prédestinée au marché chinois, où elle sera commercialisée dès 2021, la Française fait également le pari d’abandonner le diesel, au profit d’une motorisation hybride rechargeable. Autant de choix ambitieux pour le constructeur aux chevrons, ce dernier souhaitant probablement dépoussiérer un segment un peu trop sage et en perte de vitesse. Coup de génie ou coup d’épée dans l’eau ? À vous de vous faire votre avis.

 

Un style à la croisée des chemins pour la C5 X

 

Alors que l’on attendait la troisième génération de la Citroën C5, le constructeur aux chevrons a surpris son monde en dévoilant finalement un modèle inédit : la C5 X. Une lettre supplémentaire qui semble annoncer un véhicule désormais typé crossover, à mi-chemin entre berline, break et SUV. Cette révélation, intervenue début avril, apparaît finalement logique puisque la C5 X est directement inspirée du concept-car Citroën CXperience, présenté au Mondial de l’automobile de Paris en 2016. Pour la marque, c’est aussi l’occasion de rappeler au bon souvenir de sa gloire d’antan, incarnée notamment par la Citroën CX et la Citroën XM, véritables bestsellers durant les années 70 et 80.

 

Produite en Chine, la nouvelle Citroën C5 X compte bien s’accaparer le créneau laissé vacant par la C5, absente du marché depuis 2017. Et bien qu’elle paraisse plus imposante que sa devancière, la nouvelle berline propose – en réalité – des dimensions semblables : 4,80 mètres de longueur, 1,48 mètre de hauteur (3 cm de plus) et un empattement de 2,78 mètres (3 cm de moins). Son secret ? Avoir repris la même base technique que la nouvelle Peugeot 308, embarquant une baie de pare-brise reculée de 10 cm lui permettant d’allonger ses lignes.

 

Certes, le style de la C5 X ne mettra pas tout le monde d’accord. Il n’en reste pas moins que la Française a de nombreux arguments à faire valoir. Sa garde au sol surélevée et ses roues imposantes de 720 mm pour débuter, lui conférant une allure pour le moins robuste. On remarque également le vitrage sans discontinuité, non sans rappeler la célèbre XM. Quant à la nouvelle signature lumineuse, formant un V à l’avant et à l’arrière, elle apporte un semblant de caractère indéniable et une pointe de modernité bienvenue dans la gamme. Malgré tout, la Citroën C5 X fait un pari dangereux : celui de mêler le design d’une berline routière, d’un break et d’un SUV, au risque de perdre certains automobilistes.

 

Le volume d’un break, le confort d’une berline routière

 

L’extérieur nous paraît d’autant plus original que l’intérieur, en comparaison, est bien sobre. On peut d’ailleurs regretter l’absence d’une réelle nouveauté au niveau de la planche de bord, celle-ci étant dans la droite lignée de ce qui est proposé sur la Citroën C4. De même, le combiné d’instrumentation numérique de 7” sent un peu le réchauffé puisqu’il est déjà présent sur la nouvelle DS 4 et l’Opel Corsa-e notamment. Malgré cette impression en demi-teinte, tout n’est pas à jeter, au contraire. Avec son ambiance résolument épurée, l’habitacle met clairement en avant l’élégant écran tactile central, pouvant faire jusqu’à 12” dans les finitions haut de gamme. Personnalisable et simple d’utilisation, cette dalle s’utilise à la manière d’une tablette tactile et offre des fonctionnalités pratiques au quotidien (assistance vocale, mise à jour via le Cloud, etc.).

 

Heureusement, la nouvelle Citroën C5 X se rattrape en partie grâce à sa belle dotation, en atteste l’affichage tête haute, baptisé Extended Head Up Display, qui promet une expérience de conduite inédite en donnant l’impression que les informations sont projetées devant le véhicule. Bien que moins surprenantes, d’autres technologies ont également le mérite d’être proposées : on peut notamment citer la vision à 360°, l’assistance de conduite semi-autonome de niveau 2 ou encore le détecteur d’obstacles en marche arrière.

 

En revanche, aucune déception possible en matière de confort. Fidèle à sa tradition, Citroën nous offre ici un habitacle pour le moins généreux, tout particulièrement à l’arrière où les passagers profitent d’un bel espace aux jambes. Les sièges se veulent également confortables et ergonomiques, notamment grâce au surmatelas et à une inclinaison légèrement supérieure à ce qu’il se fait habituellement. La Française fait aussi le plein de lumière grâce à son large toit ouvrant, tandis que l’insonorisation performante – permise par le vitrage latéral feuilleté – apporte une pointe de confort en plus. Un confort d’autant plus appréciable que les suspensions à butées hydrauliques progressives absorbent la moindre aspérité du bitume, évitant toute secousse aux passagers. La praticité est aussi au rendez-vous grâce à un très large coffre, offrant entre 545 et 1 640 litres de volume de chargement selon la configuration, soit autant qu’un break. Son utilisation est d’ailleurs très pratique, et ce, grâce à son seuil bas, ses parois rectilignes et ses rails.

Adieu le diesel, bonjour l’hybride rechargeable

 

Sous le capot, le constructeur tricolore a fait le choix de l’efficacité. L’offre se veut en effet resserrée puisque, selon toute vraisemblance, seules 4 motorisations devraient être proposées sur la nouvelle Citroën C5 X. En essence, la berline-break pourra embarquer le trois cylindres 1.2 PureTech et le quatre cylindres 1.6 PureTech, développant respectivement 130 et 180 chevaux. Le haut de la gamme sera, pour sa part, animée par une version hybride rechargeable, dotée du quatre cylindres 1.6 PureTech (en 150 et 180 chevaux) et d’un moteur électrique, portant la puissance totale à 180 ou 225 chevaux. Ce dernier devrait d’ailleurs garantir au moins 50 kilomètres d’autonomie 100 % électrique, niveau minimal pour le marché chinois.

 

Vous l’aurez donc compris : exit le diesel, ainsi que les blocs six cylindres essence disponibles sur la précédente génération. Sans grande surprise, seule la boîte automatique à huit rapports EAT 8 devrait équiper la Citroën C5 X, cette dernière étant uniquement proposée en traction. Pour le reste, il faudra attendre. En effet, la commercialisation n’est annoncée qu’à partir de 2022 en Europe, tandis qu’elle devrait débuter un an plus tôt en Chine, où elle est d’ailleurs produite. Même mystère en ce qui concerne les tarifs, bien que tout laisse à penser que la C5 X devrait être au niveau d’une Peugeot 508. Affaire à suivre.

 

La Chine, marché prioritaire de la Française ?

 

Incarnation du confort, la nouvelle C5 X se veut la familiale idéale de chez Citroën. Toutefois, le constructeur fait un pari risqué en proposant un concept certes original, mais qui ne dit pas clairement ce qu’il est : un break, un SUV ou une berline ? Un choix d’autant plus osé que son segment historique est en perte de vitesse depuis de nombreuses années et que, sur le marché, la concurrence se veut beaucoup plus sage, comme le prouvent la Peugeot 508, la Skoda Superb et même la Renault Talisman. Autant d’éléments qui peuvent laisser à penser que la Française se destine peut-être avant tout au marché chinois, plutôt qu’à son pays d’origine. Une première réponse devrait être apportée lors de sa présentation officielle au public, celle-ci ayant lieu au cours du Salon de Shanghai, débutant le 21 avril.

CE QU’IL FAUT RETENIR

  • La nouvelle Citroën C5 X s’inspire des Citroën CXperience, XM et CX.
  • Son style anticonformiste mêle les codes des berlines familiales, des SUV et des breaks.
  • La Française mise avant tout sur son confort pour séduire.
  • La C5 X ne proposera que deux blocs essence et deux motorisations hybrides rechargeables, avec 50 kilomètres d’autonomie électrique au minimum.
  • Commercialisée à partir de 2022 en Europe, elle semble se destiner avant tout au marché chinois.

 

LE POINT DE VUE DE LAURIE

« Difficile d’avoir un avis tranché sur la nouvelle C5 X. Bien qu’elle dépoussière le genre, elle semble vouée à un succès mitigé en France, tant le segment des berlines familiales est à la peine. Malgré des atouts indéniables, dont son confort de haute qualité, la Française devra certainement compter sur le marché chinois pour connaître la même réussite que ses illustres devancières. Un pari dangereux, mais qui n’est pas une surprise en soi venant de Citroën, le constructeur revendiquant depuis toujours son aspect anticonformiste… quitte parfois à devoir payer les pots cassés. »

Vous aimerez aussi...

Bonus écologique : comment fonctionne-t-il et jusqu’à quand pourrons-nous en profiter ?

Bonus écologique : comment fonctionne-t-il et jusqu’à quand pourrons-nous en profiter ?

Lire la suite
Véhicules diesels : un débat d’actualité

Véhicules diesels : un débat d’actualité

Lire la suite
Les véhicules électriques : où en sera-t-on en 2022 ?

Les véhicules électriques : où en sera-t-on en 2022 ?

Lire la suite
Les tendances du marché automobile

Les tendances du marché automobile

Lire la suite