Audi Q2 Vs DS3 Crossback : Une référence face à son challenger

Écrit par Laurent Zilli le 9 décembre 2022

Pendant 2 ans, l’Audi Q2 a été le seule SUV premium de sa catégorie. Puis arriva DS, dont le 3 Crossback vint réclamer sa part du gâteau.

Audi Q2 Vs DS3 Crossback : Une référence face à son challenger

 

Les petits SUV sont désormais très nombreux sur le marché. Mais la plupart ont l’accent populaire. Dans la catégorie premium, ils sont étonnamment rares. C’est l’Audi Q2 qui a ouvert cette niche en 2016, sans qu’aucun des rivaux allemands ne lui emboîte le pas. Finalement, l’opposition est venue de France, sous forme du DS3 Crossback.

Le concept : le luxe en version poche

L’ambition de toute marque est de couvrir autant de catégories que possible, pour permettre à un large éventail de public de profiter de ses qualités traditionnelles. Telle est la mission du DS 3 Crossback (DS 3 tout court depuis la mise à jour de 2022) et de l’Audi Q2. Le premier apporte dans la catégorie des SUV citadins sa vision de luxe à la française, fait de sophistication esthétique et d’idées originales pour l’habitacle. Le second apporte tout ce qui fait le succès d’Audi : la sobre élégance, la qualité irréprochable, et l’image technologique.

1/1
Le concept
Le DS 3 et son luxe à la française face à la sobre élégance de l'Audi Q2.

Le design : le baroque et le classique

Petit SUV premium, le DS 3 Crossback soigne son look, avec notamment des poignées de portes encastrées, qui sortent de leur logement d’un coup de télécommande, voire même automatiquement lorsque l’on s’approche de l’auto, pour peu que l’option accès mains libres ait été sélectionnée. On remarque aussi le dessin des portes arrière en « aile de requin ». C’est très original et stylé, mais on verra plus loin que cela gêne la visibilité des passagers assis à l’arrière… Les versions restylées se distinguent par leur carrosserie (légèrement) remaniée, avec notamment des blocs optiques retouchés, la première version ayant été souvent qualifiée « d’indigeste »

L’Audi Q2 ne commet aucun faux-pas esthétique. Il respecte parfaitement les codes de la marque, avec des lignes tendues, et une allure générale statutaire malgré les dimensions compacte. Il affiche fièrement la vaste calandre « Single Frame » typique d’Audi, et joue bien sûr la carte SUV avec des pseudos-protections noires dans le bas de la carrosserie et autour des passages de roues. Bref, le Q2 est sobre, distingué, et dégage en plus quelque chose qui laisse deviner qu’il doit être assez pratique dans la vie quotidienne.

1/1
À bord
À bord du DS, la présentation est très chaleureuse. L’intérieur du Q2 est forcément très Audi : « clean » et épuré.

La vie à bord : chics, mais petits

À bord du DS, la présentation est très chaleureuse, avec un mobilier au dessin original et une finition soignée. Les plastiques sont moussés, tandis que le tableau de bord et les contre-portes se garnissent de tissu, voire même de cuir en option ! Sur les versions à boîte automatique, le levier de vitesse est stylé : il prend la forme d’un joystick d’avion de chasse…

L’accès à l’arrière est par contre peu aisé, à cause de l’ouverture étroite des portes. Et l’habitabilité n’a franchement rien d’exceptionnel. Par ailleurs, le fameux dessin des portes arrière en « aile de requin » obstrue la visibilité des passagers arrière, qui se sentent donc un peu confinés. Et ne comptez pas sur un toit vitré pour illuminer cet habitacle étriqué ; l’option est indisponible sur cette DS 3. Le modèle n’a pas non plus droit à une banquette coulissante, contrairement à un Renault Captur, certes moins chic mais plus pratique. Et le coffre de la DS3 Crossback n’est pas très grand ni très facile d’accès.

Derrière le volant, on trouve un combiné d’instruments numérique de 7’’, qui n’est cependant pas très lisible et moins personnalisable que le fameux « Cockpit Virtuel » de chez Audi. La connectivité fonctionne bien et les systèmes peuvent même nous lire de vive voix les SMS ou e-mails reçus. Plusieurs services en ligne sont aussi proposés. Dans les modèles restylés (à partir du millésime 2023), on trouve un nouveau volant et un écran central d’info-divertissement plus grand.

1/1
L'habitabilité
Dans le DS 3, l’habitabilité n’a franchement rien d’exceptionnel. Le Q2 est plus facile à vivre, on s’y sent moins « enfermé » qu’à l’arrière du DS.

 

Nous allons nous répéter, mais l’intérieur du Q2 est forcément très Audi. Tout est « clean », épuré, parfaitement à sa place, et les seules fantaisies sont les touches de couleurs de certaines versions, et les aérateurs ronds. Bien sûr, on retrouve ici le sentiment de qualité irréprochable, procuré tant par les matériaux eux-mêmes que par le soin de l’assemblage.

Ce qu’on percevait de l’extérieur se confirme : le Q2 est facile à vivre. Non seulement pour les occupants avant, mais aussi pour ceux qui prendront aisément place à l’arrière grâce à la généreuse découpe des portières. Cela étant, il n’y a guère de miracle dans une voiture de 4,10 m de long, et ces places arrière ne sont donc pas formidablement spacieuses. Mais au-moins, on s’y sent moins « enfermé » qu’à l’arrière du DS. Et pour les journées shopping, on profitera aussi d’un coffre sensiblement plus généreux que celui du Français.

Côté équipement, Audi fait honneur à sa réputation. Bien sûr, tout sera question des options qui équipe tel ou tel exemplaire, mais le potentiel est énorme. Comme nous l’avons dit plus haut, le Cockpit virtuel, autrement dit l’écran numérique qui remplace les compteurs, est un modèle absolu, tant en matière de lisibilité que de personnalisation. Rien à redire non plus au sujet du système multimédia connecté, vraiment très facile à appréhender, du moins dès qu’on se fait au fonctionnement de la molette de contrôle, située entre les sièges avant.

1/1
Le coffre
Le coffre de la DS3 Crossback n’est pas très grand ni très facile d’accès. Celui du Q2 est sensiblement plus généreux.

Le gimmick : de l’air, de l’air !

Détail parfois négligé dans certains modèles, les aérateurs de nos rivaux du jours sont des pièces de design en soi, qui, étrangement, reflètent parfaitement les personnalités respectives du DS 3 et de l’Audi Q2. En forme de carré sur pointe et intégrés dans les portières ou dans un ensemble esthétique, ceux du DS semblent vouloir exprimer la différence, l’esprit décalé dans le monde un peu figé de la voiture de luxe. De fait, les aérateurs ronds de l’Audi sont plus classiques, mais leur look exprime le dynamisme, et quand on les touche pour régler le flux, on est frappé par le sentiment de qualité qu’ils donnent au bout des doigts. Ici, les deux constructeurs vont vraiment dans le détail.

Les motorisations : points communs et divergences

Les gros rouleurs seront ravis d’apprendre que la DS3 Crossback est proposé en Diesel. Au lancement, il s’agissait du bloc 1.5 BlueHDi de 100 chevaux, qui est ensuite passé à 110 ch (boîte 6 manuelle). Il existe aussi une version 130 ch (boîte automatique à huit rapports). Ces Diesel sont agréables car souple et plutôt silencieux, et sont bien sûr très économiques à l’usage.

En essence, on trouve le tricylindre 1.2 turbo de 100 ou 130 ch, voire même 155 ch à une époque. Un petit moulin performant et agréable à l’oreille, qui consomme cependant plus que le Diesel. La boîte automatique est de série sur les versions 130 et 155 ch, mais indisponible sur la 100 ch. Vue la taille du véhicule, il est bon de savoir que même le plus petit moteur n’a pas de limite d’utilisation. Il est paré pour les longues distances, mais c’est bien sûr le 155 ch qui sera le plus réjouissant en conduite « engagée ».

Le DS3 Crossback se décline aussi en version électrique à moteur de 136 ch., qu’elle partage notamment avec la cousine Peugeot e-208. La batterie d’une capacité de 45 kWh offre une autonomie théorique de 320 km, mais nous en avons parcouru seulement entre 210 et 280 durant nos tests. La version électrique ne perd pas de coffre par rapport aux autres DS3 Crossback, grâce à une batterie bien casée sous le plancher. Notons que cette version électrique a profité de grandes évolutions avec le restylage annoncé en 2022 : le moteur passe de 136 à 156 ch et consomme moins, tandis que la batterie grossit (50,8 kWh utiles), ce qui porte l’autonomie officielle à 402 km.

Qui dit Audi dit TDI : le Q2 est donc lui aussi prêt à accompagner les dévoreurs de kilomètres, avec des moteurs diesel de 116, 150 et même… 190 ch ! Dans un si petit véhicule, nous pouvons vous dire que les performances sont là. Tous les moteurs essence sont également parfaitement polyvalents, avec des puissances identiques à celles des moteurs diesel. Même remarque, donc, avec le Q2 essence 190 ch : il avance très fort, avec un supplément de saveur par rapport au TDI.

L’Audi Q2 n’est en revanche pas disponible en version électrique, et laisse donc de côté cette clientèle potentielle. Mais il en touche une autre que le DS 3 ne courtise pas : les « sportifs ». Audi a en effet développé la version SQ2, équipé d’un moteur essence de… 300 chevaux ! Si nous trouvions déjà une version 190 ch amusante, imaginez ce que nous pensons de celle-ci…

1/1
Sur la route
Le DS 3 présente un très bon compromis confort/tenue de route. Quant au Q2, sa tenue de route est franchement remarquable.

Le comportement routier : un bon compromis

Cette DS n’a pas droit à un amortissement piloté ni à des butées hydrauliques progressives et encore moins à la suspension pneumatique, qui n’est plus qu’un lointain souvenir chez Citroën. Mais le SUV français dorlote néanmoins ses passagers. Son toucher de route est plutôt moelleux. En plus d’être douce, la DS3 Crossback avale les courbes avec efficacité et sérénité. Elle présente donc un très bon compromis confort/tenue de route. Mais en conduite active par temps humide, il faudra doser la pédale de droite car le train avant est assez vite débordé (pas de transmission intégrale au programme).

L’Audi Q2 est quant à lui très germanique dans son comportement. Il propose donc un confort un peu ferme mais toujours très acceptable. La direction est agréable et légère, mais les plus exigeants noterons qu’elle renvoie moins les informations que celle du DS. Et pour ce qui est de la tenue de route, elle est franchement remarquable. Certes, le train avant peut aussi montrer ses limites dans des conditions météorologiques difficiles, mais ces limites semblent arriver plus tard qu’au volant du DS 3.

Reezocar a adoré

  • La présentation intérieure originale et les matériaux raffinés du DS 3
  • Ses moteurs agréables et son compromis confort/tenue de route
  • L’aspect classique et élégant de l’Audi Q2
  • Sa qualité décidément irréprochable

Reezocar a moins aimé

  • L’accès aux places arrière du DS 3
  • Son coffre plutôt moyen
  • L’intérieur un peu trop sobre de l’Audi
  • L’absence de version électrique

Conclusion

Le luxe n’est pas lié à la taille, ces mini-SUV en témoignent. Et le plus beau, c’est que le luxe ne revêt pas une seule interprétation. Le DS et l’Audi proposent deux alternatives on ne peut plus différentes, et chacun pourra trouver l’univers qui lui convient.

 

Retrouvez toutes les annonces de DS 3 Crossback et d’Audi Q2 sur Reezocar.

Partager ce comparatif