Combien coûte une voiture électrique ? Consommation et entretien ?

Temps de lecture estimé : 6 minutes.

Selon une enquête IPSOS dévoilée en septembre 2018, un Français sur trois serait prêt à acheter une voiture électrique, notamment en raison de son faible coût d’usage. Pourtant, d’autres dépenses sont à anticiper (batterie, entretien, etc.) pour évaluer le coût réel d’un véhicule électrique. On fait le point sur la question.

Le prix d’achat d’une voiture électrique : 50% plus cher qu’un modèle thermique

Avec l’augmentation du prix du carburant, l’achat d’un véhicule électrique semble de plus en plus intéressant d’un point de vue économique. Les automobilistes sont malgré tout confrontés à un frein important : à l’achat, un véhicule électrique est en moyenne 50% plus cher qu’un véhicule thermique équivalent. Bien que les constructeurs fassent des efforts pour y remédier, le gouffre est encore immense. Pour bien le comprendre, intéressons-nous aux 3 principaux éléments qui composent le prix d’achat d’une électrique.

  • Le coût du véhicule

À en croire L’Argus, le prix moyen d’un véhicule neuf était de 26 717 € en 2017 (toutes catégories confondues), avec des prix débutant en-dessous des 8 000 €. Pour les seules voitures électriques, impossible de trouver un modèle neuf à moins de 21 000 € (hors bonus). Et pour profiter de meilleures performances et d’une autonomie honorable, il vaut mieux compter entre 30 000 et 40 000 €. C’est dans cette fourchette que l’on retrouve notamment la Nissan Leaf, la Kia Soul et la BMW i3. Comptez même plus de 80 000 € pour acheter une voiture électrique offrant 400 kilomètres d’autonomie, comme la Tesla Model S ou l’Audi e-Tron. L’alternative consistera à acheter une voiture électrique d’occasion afin de profiter d’un prix pouvant être diminué de moitié.

  • Le coût de la batterie

L’autre point important à prendre en compte lors de l’achat d’une voiture électrique, c’est bien évidemment le coût de la batterie. Pouvant représenter un quart du coût total du véhicule, elle a de quoi impacter considérablement le budget de l’automobiliste. En la matière, deux situations sont possibles : 

  1. La batterie est comprise dans le prix d’achat : dans ce cas, l’automobiliste n’a pas à assumer de loyer. En contrepartie, les réparations seront à sa charge en cas de défaillance de la batterie.
  2. La batterie est en location : très répandue, cette solution permet de réduire le prix de son véhicule de 4 000 à 6 000 € en moyenne à l’achat. Comptez cependant entre 60 et 150 €/mois pour louer la batterie.
  • Les aides de l’État  

Heureusement, les pouvoirs publics ont prévu un double coup de pouce financier afin d’alléger la note. Il s’agit du bonus écologique, d’un montant maximal de 6 000 €, et de la prime à la conversion, d’un montant maximal de 5 000 €. En théorie, il est donc possible de profiter de 11 000 € d’aide.

Mais cette somme n’est accordée que sous certaines conditions (niveau de revenus, distance parcourue, etc.) et uniquement pour l’achat d’une voiture électrique neuve.

Borne de recharge et pompe à essence

 

Le coût d’usage de la voiture électrique : 3 fois moins important qu’un véhicule thermique

Si le coût à l’achat a de quoi dissuader de nombreux automobilistes, le coût d’utilisation est à l’avantage de la voiture électrique. En moyenne, on estime que la voiture électrique est 3 fois moins chère à l’usage que la thermique. Pour déterminer les dépenses d’utilisation, il faut une fois encore se fier à 3 éléments principaux.

  • Le coût de charge

Pour réaliser 100 kilomètres, le coût énergétique d’une voiture électrique sera en moyenne 4 fois moins important que pour son homologue thermique.

Un véhicule essence ou diesel coûte entre 7 et 10 € en carburant pour parcourir cette distance.

Dans le cas d’une charge à la maison, la voiture électrique nécessitera 1,50 à 2 € d’électricité pour réaliser la même distance. Ce poste de dépenses peut même être encore revu à la baisse grâce aux bornes gratuites et aux abonnements annuels, dont le prix évolue entre 10 et 20 €.

De plus qu’il est désormais possible de recharger sa voiture électrique sur nos lampadaires parisiens !

  • Le coût d’entretien

Le moteur électrique n’est constitué que de très peu de pièces. Conséquences ? Il est plus facile et donc plus économique de réaliser l’entretien et la réparation de son véhicule. Concernant les autres éléments (suspension, châssis, pneumatiques, etc.), ils sont moins sollicités grâce à une conduite moins intense et nécessitent donc un entretien moindre. Au final, seule une intervention sur la batterie peut représenter un coût conséquent, mais uniquement si elle n’est pas en location.

  • Le coût d’installation

Dernier poste de dépenses à anticiper : l’installation d’une borne de recharge à la maison. La solution la plus courante consiste à acheter un boîtier mural prenant le nom de Wallbox. En plus de son prix variant entre 500 et 1 500 € selon la puissance délivrée, il faut anticiper le coût de pose pouvant dépasser les 1 000 € en cas de difficultés. Les particuliers peuvent toutefois bénéficier d’un crédit d’impôt de 30% afin de réduire la note.

Verdict : la voiture électrique rentable dans certaines situations

À première vue, une voiture électrique représente un coût plus important qu’un modèle thermique équivalent. Toutefois, tout va dépendre de l’usage que vous en avez. Selon l’Ademe, un véhicule électrique devient véritablement rentable si deux conditions sont réunies : vous parcourez entre 12 000 et 30 000 km/an et entre 50 et 80 km/jour. En-dessous, il sera difficile de rentabiliser le coût d’acquisition. Au-dessus, vous devrez prévoir des dépenses importantes pour l’entretien de la batterie.

 

CE QU’IL FAUT RETENIR :

  • À l’achat, un véhicule électrique coûte 50% plus cher qu’un véhicule thermique
  • À l’usage, une voiture électrique coûte 3 fois moins cher qu’une voiture thermique
  • Une voiture électrique n’est rentable que si vous parcourez entre 50 et 80 kilomètres par jour

Le point de vue de Teddy

« Au-delà de la dimension économique, l’achat d’une voiture électrique doit aussi être perçu comme un acte citoyen. D’autant plus que, tôt ou tard, il faudra s’y mettre puisque les véhicules thermiques sont voués à disparaître dans un futur pas si lointain. »

Vous aimerez aussi...

Logement : quelles démarches pour sa voiture électrique ?

Logement : quelles démarches pour sa voiture électrique ?

Lire la suite
Restyler sa FIAT 500 en quelques étapes

Restyler sa FIAT 500 en quelques étapes

Lire la suite
Les alternatives à l’ANTS pour faire sa carte grise

Les alternatives à l’ANTS pour faire sa carte grise

Lire la suite
Tout savoir sur les housses de protection pour voitures

Tout savoir sur les housses de protection pour voitures

Lire la suite