Essai du Volkswagen ID.4 2021

Temps de lecture estimé : 8 minutes.

Essai du Volkswagen ID.4 : notre avis sur le SUV électrique

 

Essai de la ID.4 : le SUV 100 % électrique de Volkswagen

Tout premier SUV électrique du constructeur allemand, la Volkswagen ID.4 s’attaque à un marché jusqu’à présent dominé par les Coréennes, en la présence notamment du Kia e-Niro et du Hyundai Kona Electric. Si sur le papier l’Allemande ne semble rien avoir à leur envier, la réalité semble tout autre, tant le SUV familial pâtit d’un poids handicapant et d’une grille tarifaire élevée.

 

Un design de SUV (un peu trop) classique

 

Après la citadine e-Up! et la berline ID.3, Volkswagen vient de lancer son tout nouveau modèle 100 % électrique : le SUV ID.4. Aperçue au Salon de Francfort de 2019, la Volkswagen ID.4 est commercialisée depuis septembre 2020. Inspirée du concept-car ID. Crozz et reposant sur la même plateforme que la ID.3, l’Allemande arbore un look relativement classique, probablement pour rassurer les amateurs de SUV. On peut d’ailleurs regretter que le constructeur ne soit pas reparti d’une base neuve et, ainsi, n’ait osé davantage d’originalité. C’est même à se demander comment le SUV germanique a pu être élu World Car of the Year 2021.

Bien qu’elles partagent la même plateforme, la ID.4 est plus grande que sa petite sœur la Volkswagen ID.3 (+ 32 cm). Ses dimensions restent néanmoins dans la norme du marché avec 4,58 mètres de longueur, 1,85 mètres de largeur et un empattement de 2,76 mètres. Notons d’ailleurs qu’une version sportive GTX de la ID.4 est attendue pour cet été, tandis qu’un SUV coupé électrique, baptisé ID.5, devrait sortir d’ici la fin de l’année 2021.

 

Un habitacle efficace, mais un peu juste à ce niveau de prix

 

La porte ouverte, on remarque d’emblée que l’accès à bord est facilité, notamment grâce à une hauteur suffisante et une importante garde au sol. Une fois à l’intérieur, l’habitacle n’est pas sans rappeler celui de la ID.3, bien qu’il dispose d’un écran tactile plus imposant sur les finitions supérieures (jusqu’à 12”). L’ensemble donne une impression d’efficacité, au détriment peut-être de la nouveauté. Qualité des matériaux, confort des sièges, praticité des accoudoirs, réglages du volant… autant d’éléments corrects, mais qui auraient certainement pu être plus haut de gamme à ce niveau de tarif. On peut d’ailleurs aussi regretter la qualité des plastiques sur la partie basse de la planche de bord, bien que le tout reste bien assemblé.

À l’arrière, la même impression domine. La finition est acceptable, mais nous paraît légère, une fois encore en raison du prix du véhicule. La Volkswagen ID.4 se rattrape néanmoins avec un bel espace aux jambes, une bonne profondeur d’assise et une largeur suffisante pour accueillir trois passagers. Heureusement, l’Allemande se rattrape question praticité, notamment grâce à ses larges rangements et plusieurs prises USB (selon la finition). Avec ses 543 litres, le coffre offre un volume généreux. Il peut même atteindre 1 575 litres lorsque la banquette arrière est rabattue.

 

Une autonomie et une charge performantes… en version prémium

 

Vous l’aurez deviné, c’est sur les performances que Volkswagen a principalement investi. Alors que le design et la finition sont corrects, la mécanique se veut d’une bien meilleure qualité. On passera toutefois rapidement sur les versions d’entrée de gamme (Pure et Pure Performance) : dotées d’une batterie d’une capacité de 52 kWh, elles autorisent une autonomie théorique de seulement 345 kilomètres (en cycle WLTP). Celle-ci est associée à un moteur arrière à aimants permanents, déployant 148 chevaux en version Pure et 170 chevaux en Pure Performance. Des performances un peu justes pour un SUV familial et qui diminueront d’ailleurs encore davantage à mesure que vous ajoutez des équipements optionnels, ces derniers augmentant le poids du véhicule. Non, c’est bien la version Pro Performance qui retient notre attention. Avec sa batterie de 77 kWh, elle offre 520 kilomètres d’autonomie et développe un total de 204 chevaux. Toutefois, ces performances ne restent que théoriques, l’Allemande ayant tendance a rapidement se décharger en raison de son poids supérieur à 2 tonnes.

En ce qui concerne la charge, la Volkswagen ID.4 se montre raisonnable, malgré ses imposantes batteries. En finition Pro Performance, l’Allemande embarque de série un chargeur de 11 kW, permettant de recharger la batterie de 0 à 80 % en l’espace de 6 heures sur une Wallbox. Supportant les recharges rapides jusqu’à 125 kW, le SUV germanique peut même récupérer 80 % de son autonomie en seulement 40 minutes de la sorte. Mais, une fois encore, les deux finitions d’entrée de gamme n’atteignent pas – loin s’en faut – ce niveau de performance. Non seulement la batterie n’accepte une puissance de charge rapide que de 50 kW au maximum, mais le véhicule n’est disponible qu’avec un chargeur embarqué de 7,2 kW. De quoi être dubitatif sur l’intérêt de ces deux versions.

 

Une conduite souple, des aides performantes

 

Une fois au volant, on retrouve sans surprise le plaisir d’une conduite silencieuse. Bien que l’instrumentation puisse déconcerter au premier abord, la plupart des équipements se montrent agréables à utiliser une fois maîtrisés, à l’image de la molette située derrière le volant et permettant d’activer la marche avant, la marche arrière ou le freinage régénératif. La conduite se veut également facilitée par une large dotation de série, comprenant notamment l’aide au maintien dans la voie, le régulateur de vitesse actif, le radar de stationnement à l’avant et à l’arrière, les commandes vocales ou encore un écran central tactile.

Une fois sur route, une impression domine : la Volkswagen ID.4 offre une conduite tout en douceur et sécurisée, notamment grâce à une très bonne précision dans les trajectoires. Avec son couple de 310 Nm, les relances se veulent nerveuses, permettant de dépasser aisément. En raison de son embonpoint (2 130 kilos sur la balance), l’Allemande peut néanmoins éprouver des difficultés à ralentir, d’autant plus que le système de freinage semble largement perfectible.

En ville, on apprécie tout particulièrement son important rayon de braquage, assurant ainsi sa maniabilité, bien que ses imposantes dimensions puissent être difficiles à appréhender. Heureusement, les radars sont là pour nous épauler lors des manœuvres. La conduite prédictive permettant d’anticiper les ralentissements des voitures situées à l’avant et l’affichage tête haute participent, eux aussi, à une conduite zen et sans frayeur. 

 

Un prix élevé au vu de ses performances

 

En Pure et Pure Performance, les deux versions dotées de la batterie de 52 kWh, la Volkswagen ID.4 est respectivement proposée à partir de 39 900 € et 41 400 €. De quoi permettre de profiter du montant maximal de bonus écologique 2021, à savoir 7 000 € (6 000 € à partir du 1er juillet). Des prix qui augmentent d’ailleurs légèrement si l’on opte pour la finition Style. Beaucoup plus performante, la version Pro Performance est également plus onéreuse. Pour preuve, son tarif débute à 47 500 € en finition Life et frôle même les 60 000 € en finition Max. Heureusement, les nombreux équipements incluent aident à avaler la pilule : amortissement piloté DCC, écran tactile 12”, climatisation trizone, système de conduite semi-autonome sur autoroute ou encore toit panoramique en finition Max.

 

Bien qu’elle ait des atouts à faire valoir, tout particulièrement en version Pro Performance (fonctionnement silencieux, agrément de conduite, habitabilité, etc.), la Volkswagen ID.4 n’est pas forcément à la hauteur de la concurrence, principalement en raison d’une autonomie grevée par le poids du véhicule. Bien que moins volumineux, le Hyundai Kona Electric avec batterie de 64 kWh offre des performances équivalentes à la ID.4 de 77 kWh, alors même qu’il est commercialisé aux alentours de 40 000 €. D’autres modèles peuvent également paraître plus évidents que l’Allemande, à l’image du Kia e-Niro de 64 kWh ou des futurs Tesla Model Y et Hyundai Ioniq 5.

 

CE QU’IL FAUT RETENIR

  • La Volkswagen ID.4 est le premier SUV 100 % électrique du constructeur allemand.
  • Elle est proposée avec une batterie de 52 ou de 77 kWh, offrant 345 ou 520 kilomètres d’autonomie théorique.
  • L’autonomie réelle aura tendance à être bien moins importante, en raison des 2,1 tonnes du véhicule.
  • La ID.4 débute à 39 900 €, mais nécessite au moins 47 500 € pour avoir la batterie la plus performante.

 

LE POINT DE VUE DE LAURIE

« À l’heure actuelle, la Volkswagen ID.4 ne semble pas être véritablement à la hauteur de nos attentes. La faute principalement à une architecture reprise d’un SUV thermique, empêchant d’exploiter tout le potentiel de l’électrique. Car, bien que meilleure que les Coréennes sur le papier, l’Allemande montre rapidement ses limites une fois sur route. »

Vous aimerez aussi...

Guide pour l’hiver : adopter les bons réflexes et s’équiper dès maintenant !

Guide pour l’hiver : adopter les bons réflexes et s’équiper dès maintenant !

Lire la suite
Audi RS6 e-tron : la marque prépare l’électrification de sa berline hautes performance

Audi RS6 e-tron : la marque prépare l’électrification de sa berline hautes performance

Lire la suite
Essai : La dernière Polo VW 2021 restylée

Essai : La dernière Polo VW 2021 restylée

Lire la suite
Comment éviter l’arnaque quand on achète une voiture d’occasion ?

Comment éviter l’arnaque quand on achète une voiture d’occasion ?

Lire la suite