Guide pour l’hiver : adopter les bons réflexes et s’équiper dès maintenant !

Temps de lecture estimé : 8 minutes.

Comment préparer sa voiture à la conduite en hiver ?

 

Guide pour l’hiver : les 7 réflexes pour conduire en toute sécurité

 

Changement des pneus, contrôle des liquides, équipements de la voiture, dégivrage ou encore comportement sur la route : découvrez tous nos conseils pour conduire en toute sécurité durant la période hivernale.

 

  1. Adopter les bons pneus pour l’hiver

 

Le choix de pneus adaptés pour l’hiver, c’est le réflexe incontournable pour circuler en toute sécurité. Comme un nombre grandissant d’automobilistes, vous pouvez opter pour des pneumatiques 4 saisons, à condition de les utiliser sur une plage de – 10 à + 30 °C. Grâce à une technologie hybride, ils offrent l’avantage d’être performants tout au long de l’année, été comme hiver. Seul point noir : leur efficacité peut rapidement être mise à mal si les conditions deviennent extrêmes.

 

C’est pourquoi, il est préférable de choisir des pneus neige si vous roulez régulièrement sur des routes enneigées, si vous habitez dans des régions où les températures sont très basses ou encore si vous devez accéder à des zones difficiles (route de montagne, etc.). Performants de – 20 à + 7 °C en règle générale, ces pneumatiques sont spécialement conçus pour affronter les routes les plus difficiles. Pour cela, ils disposent d’un plus grand nombre de lamelles, permettant ainsi de gagner en adhérence et en traction, tout en limitant le risque d’aquaplaning.

 

Le saviez-vous ? Depuis le 1er novembre 2021, les automobilistes ont l’obligation d’avoir 4 pneus hiver pour circuler dans certaines zones montagneuses de 48 départements. À défaut, il est possible d’avoir dans son coffre des chaînes à neige, permettant d’équiper au moins deux roues motrices.

 

  1. Contrôler la batterie, les liquides et l’éclairage

 

À l’approche de l’hiver, il est également important de vérifier les consommables, ces derniers pouvant avoir un impact non négligeable sur les performances de votre voiture. En la matière, il est recommandé d’utiliser des liquides de qualité, si possible résistants au gel. Cela vaut avant tout pour le liquide de lave-glace, celui-ci étant le plus exposé au froid, mais cela s’applique également à l’huile moteur et au liquide de refroidissement. Et, quoi qu’il arrive, ne coupez jamais vos consommables à l’eau, au risque que tout le système ne gèle.

 

En hiver, l’éclairage de la voiture est plus important que jamais, votre visibilité étant mise à mal par une luminosité amoindrie, du brouillard et une ligne d’horizon parfois éblouissante. N’hésitez donc pas à contrôler l’ensemble de vos optiques afin de vérifier qu’ils sont bien opérationnels (phares, clignotants, veilleuses, etc.).

 

Profitez-en également pour mesurer la tension de votre batterie : elle doit idéalement tourner aux alentours de 12 ou 13 V. Si vous n’atteignez pas ces valeurs, il peut être judicieux de remplacer cet équipement avant l’hiver car il peut se décharger très vite en raison des basses températures, vous empêchant alors de démarrer votre voiture.

 

  1. Préparer sa voiture aux conditions hivernales

 

Il est également judicieux d’adopter certains réflexes avant de stationner son véhicule à l’extérieur en hiver. En premier lieu, il est important de limiter le risque de corrosion en réparant les petites rayures, celles-ci pouvant considérablement fragiliser la carrosserie et être responsables de dégâts plus importants en raison de l’humidité, du sel ou encore du froid. Pour cela, vous pouvez notamment utiliser un lustreur ou un traitement anticorrosion.

 

En période hivernale, n’hésitez pas non plus à nettoyer votre véhicule régulièrement afin d’éliminer toute trace de sel, pouvant rapidement endommager la carrosserie, mais aussi le système de freinage et le châssis. Si vous habitez en montagne ou que vous prévoyez un long trajet, pensez en outre à protéger les ouvertures en appliquant un lubrifiant sur les joints du véhicule, tout particulièrement au niveau du coffre et des portes.

 

Dans l’idéal, vous pouvez même faire contrôler votre voiture par un garagiste afin de réaliser un check-up complet. Ce choix est d’autant plus pertinent si vous prévoyez de longs trajets, si vous habitez dans une région difficile ou si vous avez des doutes concernant la sécurité de votre véhicule.

 

  1. Dégivrer dans les règles de l’art

 

Le dégivrage, c’est la hantise des automobilistes en hiver. Pour ne pas y être confronté, le plus simple reste encore de protéger son pare-brise à l’aide d’un carton ou encore d’une bâche spécifique, pouvant même envelopper les rétroviseurs. Indispensable si vous stationnez à l’extérieur, cet équipement vous évitera d’avoir à gratter votre pare-brise durant de longues minutes le matin.

 

En présence de givre, vous devez commencer à dégivrer depuis l’intérieur. Pour cela, démarrez votre véhicule, activez le mode air extérieur du chauffage et dirigez la ventilation vers le pare-brise. Si vous ne souhaitez pas attendre, armez-vous d’une raclette afin de gratter par petits à-coups le vitrage de votre voiture, sans trop forcer afin de ne pas fragiliser la vitre. Si un aérosol dégivrant peut aussi se montrer performant, malgré un impact environnemental non négligeable, il ne faut en revanche jamais utiliser d’eau chaude. Pourquoi ? Tout simplement car le choc thermique est susceptible de fissurer ou de faire éclater votre pare-brise.

 

  1. Démarrer correctement sa voiture

 

Face aux températures extrêmes, votre voiture peut éprouver des difficultés à démarrer, tout particulièrement si la batterie commence à montrer de premiers signes de faiblesse. Dans cette situation, il est donc important de prendre davantage de temps pour allumer votre moteur. Dans l’idéal, vous devez :

  • fermer les portes de votre véhicule ;
  • éteindre tous les appareils électriques de l’habitacle (chauffage, lumière, radio, etc.) ;
  • appuyer sur la pédale d’embrayage et allumer les phares quelques secondes avant de démarrer le véhicule ;
  • tourner le contact sans trop forcer, en gardant le pied sur l’embrayage ;
  • attendre quelques minutes de trajet avant d’utiliser les équipements électriques (chauffage, etc.) afin que la batterie soit rechargée.

 

Si le véhicule refuse de démarrer malgré ces précautions, il est essentiel de ne pas être trop insistant. Contentez-vous de quelques essais, d’une dizaine de secondes seulement et avec un intervalle de 30 secondes entre chaque tentative. Plutôt que de forcer davantage et d’endommager votre démarreur, préférez utiliser des câbles de démarrage ou un booster.

 

  1. S’équiper pour affronter les imprévus

 

En raison d’une météo changeante, de conditions plus difficiles et d’une voiture plus fragile, vous n’êtes pas à l’abri de plusieurs aléas durant l’hiver. Pour y faire face, vous devez donc vous équiper en conséquence, notamment avec :

  • des câbles de démarrage ou un booster si la batterie de votre véhicule est vieillissante;
  • un kit d’ampoules de rechange si l’une de vos optiques rend l’âme ;
  • un spray dégivrant pour dégivrer la serrure ou le pare-brise ;
  • une couverture moteur afin de protéger la motorisation durant les nuits les plus froides ;
  • des chaînes ou des chaussettes à neige pour conserver de l’adhérence sur les routes totalement enneigées (principalement en montagne) ;
  • une lampe torche, des vêtements chauds, de l’eau et de la nourriture si vous êtes immobilisé en pleine nuit ou si vous devez intervenir sur votre véhicule ;
  • une trousse de secours pour pouvoir intervenir rapidement en cas de blessure légère.

 

  1. Modifier sa conduite en hiver

 

En hiver, les risques associés à la conduite sont généralement plus importants que le reste de l’année. Diminution de l’adhérence en raison de la pluie et de la neige, baisse de la visibilité à cause du brouillard, perte de contrôle en raison du verglas… autant de dangers qui, pour en réduire les éventuelles gravités, vous imposent d’adapter votre conduite.

 

En plus de préparer votre véhicule à l’hiver comme nous l’avons déjà évoqué (mise à niveau des liquides, contrôle de la batterie, etc.), vous devez impérativement :

  • respecter scrupuleusement les distances de sécurité car les distances de freinage sont augmentées en raison de la faible adhérence ;
  • réduire votre vitesse, y compris sur route dégagée, car le risque de perte de contrôle est plus important ;
  • éviter de doubler d’autres véhicules et laisser la priorité aux engins de déneigement et de salage afin de limiter le risque d’accident ;
  • utiliser les feux de brouillard avant, en complément des feux de route, mais uniquement en dehors des villes et sur les zones non éclairées.

 

CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Les pneus hiver sont désormais obligatoires dans certains départements.
  • Un contrôle de votre véhicule avant l’hiver est recommandé (batterie, liquides, etc.).
  • Vous devez équiper votre voiture de certains équipements (raclette, spray dégivrant, etc.).
  • Il est essentiel d’adopter une conduite plus modérée.

 

LE POINT DE VUE DE LAURIE

« Alors qu’elle avait considérablement diminué en raison de la crise sanitaire, la mortalité routière est repartie à la hausse, avec 294 décès en octobre 2021. L’hiver approchant à grand pas, il est plus que temps de s’y préparer afin d’éviter que les accidents ne poursuivent leur funeste progression. »

Vous aimerez aussi...

Comparatif : Faut-il choisir la Peugeot 108 ou la Twingo 3 ? 

Comparatif : Faut-il choisir la Peugeot 108 ou la Twingo 3 ? 

Lire la suite
Les multiples avantages des pneus 4 saisons

Les multiples avantages des pneus 4 saisons

Lire la suite
​Permis de conduire : est-il de plus en plus cher ?

​Permis de conduire : est-il de plus en plus cher ?

Lire la suite
Quelle ampoule choisir pour vos phares de voiture ?

Quelle ampoule choisir pour vos phares de voiture ?

Lire la suite