Essai Peugeot 5008 : nouvelle philosophie, même objectif

Écrit par Laurent Zilli le 29 décembre 2022

Pour le Peugeot 5008, véhicule le plus familial de la marque, il a fallu se résoudre à complètement changer son fusil d’épaule par rapport à l’ancienne génération. Question de survie…

Essai Peugeot 5008 : nouvelle philosophie, même objectif

 

Né en 2009 sous la forme alors encore populaire du monospace, le Peugeot 5008 de seconde génération a continué à proposer beaucoup d’espace pour la famille, et 7 places assises. Mais à son arrivée en 2017, les temps avaient changé. Désormais, le roi du marché était le SUV, et le 5008 s’est adapté : il est devenu la version XL d’un modèle très réussi de la marque, le 3008.

Le concept : théorie de l’évolution

Le 5008 était une solution idéale pour les familles cherchant un véhicule relativement compact, assez abordable, et proposant 7 places. Problème : mettre en chantier un nouveau monospace pour remplacer celui-là, alors que les ventes se réduisaient à peau de chagrin, ce n’était pas une idée très rentable. La solution de Peugeot a donc été de transformer un monospace en SUV, et d’en faire une version longue du nouveau 3008. Et le 5008 a donc profité au passage de toutes les qualités de son « petit » frère : un look un brin agressif qui fait mouche, le toucher de route et les qualités dynamiques Peugeot, et un spectaculaire bond qualitatif de la finition. Bingo, le succès a été au rendez-vous.

Le design : ça se passe à l’arrière

Comme vous le constatez, toute la partie avant du 5008 est identique à celle du 3008. Le même visage très affirmé, le même regard un peu agressif et bourré de caractère, les mêmes feux de jour LED en forme de crocs, particulièrement expressifs depuis la mise à jour de 2020, dont profite notre modèle d’essai… Ce design a manifestement tapé dans l’œil d’énormément de monde, car c’est à n’en pas douter en grande partie ce qui explique le succès du modèle sur le marché. Puis, quand on quitte la vue de face, qu’on tourne autour des deux véhicules, les choses commencent à se différencier.

Là où la poupe du 3008 est légèrement plongeante pour un côté plus sportif, le 5008 est différent à partir de la portière arrière. Le toit est allongé et la face arrière est plus carrée dans sa partie haute, pour mieux exprimer les aspects pratiques et sécurisants, qui vont mieux avec sa vocation familiale. Mais, attendez, revenons un instant au profil, car peut-être n’avez pas remarqué que sur la 5008, l’empattement, autrement dit la distance entre les roues avant et arrière, est plus généreux. C’est très important, et vous allez voir pourquoi.

À l’intérieur du 5008, l’ambiance est on ne peut plus moderne.

La vie à bord : vous êtes combien ?

Les 3008 et 5008 étant identiques jusqu’aux portières arrière, ce n’est évidemment pas aux places que vous ferez la différence. En clair, tout est pareil. Le petit volant, le tableau de bord au look et au positionnement un peu spécial (le fameux i-Cockit cher à Peugeot), l’écran central souligné de ses boutons de commandes façon aéronautique… L’ambiance est on ne peut plus moderne, difficilement plus design, et c’est quelque chose qu’on aime… ou pas. Nous le disions plus haut, la qualité de finition marque une évolution franchement marquante chez Peugeot. Une qualité décrite quasi-unanimement par la presse spécialisée comme étant égale, voire supérieure à celle des sacro-saintes productions germanique. C’est dire !

À l’arrière, il n’y a toujours pas de place centrale sur la banquette, mais l’espace aux jambes pourrait difficilement être plus généreux.

 

Les places arrière sont tout simplement royales ! Non, il n’y a toujours pas de place centrale sur la banquette, mais l’espace aux jambes pourrait difficilement être plus généreux. Et ce n’est pas tout ! Cette banquette est en fait montée sur rails. Elle peut coulisser vers l’avant ou vers l’arrière pour répartir l’espace entre places arrière et coffre en fonction des besoins, et elle peut bien sûr basculer, pour donner accès à deux places supplémentaires.

La banquette arrière montée sur rails peut coulisser pour répartir l’espace entre places arrière et coffre en fonction des besoins.

Le gimmick : tout à l’écran

L’une des choses qui participe à l’ambiance intérieur moderne, c’est l’écran tactile central, souligné de quelques boutons de commandes façon « toggle switch ». Esthétiquement, rien à dire. Hélas, ces boutons sont là pour « appeler » ces commandes, qu’il faut ensuite régler par l’écran. Ça multiplie les manipulations et vous fait quitter la route des yeux. Ce qui est, aux goûts de certains (dont nous), aussi irritant que dangereux. Les marques sœur Citroën et Opel ont déjà abandonné le tout à l’écran sur leurs derniers modèles. Preuve que le choix de Peugeot n’est pas le plus judicieux.

Les motorisations : pas de place pour les batteries

Voici encore un point qui différencie le 5008 de son frangin. Car en dépit des apparences, ils ne partagent pas exactement le même catalogue mécanique.

Véhicule familial polyvalent par définition, le Peugeot ne propose que des moteurs qui peuvent tout faire. Ainsi le moteur essence de base de 130 ch est déjà capable de vous emmener au bout du monde, et de vous donner le sourire sur les petites routes sinueuses. OK, peut-être pas quand toutes les places sont occupées, raison pour laquelle les conducteurs et conductrices les plus exigeants iront plutôt vers la version 180 ch. Pour ceux qui passent leur vie sur la route, Peugeot reste fidèle à elle-même en proposant deux versions Diesel, également de 130 (essayée ici) et 180 ch. Et nous voici à la différence avec le 3008. Le 5008 est conçu pour recevoir 7 places, or les deux places supplémentaires, lorsqu’elles ne sont pas utilisées, s’escamotent… sous le plancher du coffre. Ce qui rend de facto impossible d’y installer aussi des batteries. En clair, contrairement au 3008, le 5008 n’existe pas en hybride rechargeable.

Le comportement routier : familial mais pas placide

De manière générale, le 5008 est aussi agréable à conduire qu’on peut l’attendre d’une Peugeot. On sent qu’il a en lui les gènes sportifs de la marque, et son poids mesuré pour un véhicule de cette taille lui permet d’être réactif et incisif dans les virages. Et c’est en conduite active que le petit volant prend tout son sens, car il ne fait qu’accentuer le feeling et le plaisir. On soulignera bien sûr qu’en raison de son empattement plus long que celui du 3008, le 5008 est un rien moins agile. Mais il faut conduire assez fort pour le remarquer vraiment.

Pour nous, le moteur Diesel BlueHDI 130 ch va comme un gant au modèle, car avec son couple de 300 Nm parfaitement exploité par la boîte automatique 8 rapports, il offre le bon compromis entre performances et économie. Le feeling au volant est excellent. Tout donne envie d’y rester. Et on y restera d’ailleurs longtemps avant de devoir s’arrêter, puisqu’avec ce moteur, le SUV Peugeot pourra sans mal se contenter d’une moyenne autour de 6l/100 km (chiffre officiel : 5,6 l/100km). En résumé, c’est la motorisation idéale pour dérouler les kilomètres sur autoroute, et ne jamais manquer de ressources, même lorsqu’on est nombreux à bord.

Sur la route, on sent que le 5008 a en lui les gènes sportifs de la marque, et son petit volant prend tout son sens en conduite active, car il accentue le feeling et le plaisir.

Reezocar a adoré

  • Le look expressif
  • L'habitabilité remarquable
  • Le plaisir de conduite préservé

Reezocar a moins aimé

  • Le manque d'intuitivité du système multimédia
  • L'incompatibilité des 7 places et des moteurs hybrides
  • Malgré tout moins pratique que le 5008 monospace

Conclusion

Sa métamorphose de monospace à SUV a coûté au 5008 un peu de son sens pratique. Mais il y a aussi gagné, par exemple du côté du look et de la qualité. Et il profite aussi des dernières évolutions de la marque en matière de base technique, pour un plaisir de conduite maximal et une consommation sous contrôle.

 

Retrouvez toutes les annonces de Peugeot 5008 sur Reezocar.

Partager cet article