Erreur de carburant gazole/essence. Comment réagir ?

Écrit par Pascal Binon le 24 mars 2022

Souvent due à la distraction ou à la méconnaissance du véhicule, l’erreur de carburant est une bévue assez courante. Mais comment réagir si vous faites le plein avec du gazole à la place de l’essence ou inversement ? Voici les bons gestes à adopter pour éviter d’endommager votre véhicule.

Erreur de carburant gazole/essence. Comment réagir ?

Si cela peut vous rassurer, dites-vous que se tromper de carburant peut arriver à tout le monde. Nous en voulons pour preuve la mésaventure survenue à François Perrodo alors qu’il se rendait sur un circuit avec sa McLaren F1 GTR. Comme quoi, être président d’une compagnie pétrolière et pilote automobile engagé en championnat du monde d’endurance ne vous met pas à l’abri d’une erreur de carburant, en l’occurrence, mettre du gazole à la place de l’essence ! Évidemment, la bête de course n’a pas apprécié. Cela dit, s’il s’était agi d’une simple citadine, le résultat aurait été le même. Mais pourquoi ?

Moteur Diesel ou à essence, quelles différences ?

Qu’il fonctionne à l’essence ou au gazole, le principe de fonctionnement d’un moteur à 4 temps est (à quelques détails près) identique. On retrouve en effet dans les deux cas une phase d’admission, suivie d’une autre de compression, puis de détente et enfin d’échappement. La première différence, c’est qu’un moteur Diesel n’aspire que de l’air, alors qu’un moteur à essence aspire un mélange d’air et d’essence. Notons cependant qu’un moteur à essence à injection directe n’aspire lui aussi que de l’air. 

Après l’admission, vient donc la compression. Et c’est là que se situent les principales différences. Dans un moteur à essence, une fois le mélange carburé comprimé, c’est une bougie d’allumage, qui en produisant une étincelle va l’enflammer et provoquer sa combustion. On parle d’ailleurs dans ce cas d’un moteur à allumage commandé. Mais un moteur Diesel comporte aussi des bougies. Oui, mais il s’agit de bougies de préchauffage, qui visent simplement à réchauffer l’air contenu dans les chambres de combustion lorsque les températures extérieures sont très faibles. Car à la fin du temps de compression, c’est bien la très forte pression régnant dans le cylindre qui va entraîner une augmentation de la température et la « mise à feu » du gazole au préalablement finement pulvérisé par les injecteurs. On parle donc ici de moteur à allumage spontané.

⭐️ A lire aussi :  Les vacances en voiture électrique : comment s’y préparer ?

Essence ou gazole, quelles différences ?

Vous l’aurez compris, l’essence nécessite un système d’allumage pour s’enflammer et provoquer la combustion tandis que le gazole est capable de s’enflammer tout seul suite à une augmentation de la température. C’est donc que ces deux carburants sont fondamentalement différents. Ils ont pourtant un point commun : l’essence comme le Diesel sont tous deux issus du raffinage du pétrole brut. Mais les similitudes s’arrêtent là. On note en effet d’importantes différences dans leur composition chimique. Ainsi, l’essence se compose d’un mélange d’hydrocarbures légers comprenant entre 5 et 11 atomes de carbone, tandis que le Diesel est constitué d’hydrocarbures plus lourds (entre 12 et 25 atomes de carbone).

Ces deux carburants présentent aussi des spécifications distinctes. Pour le gazole, on considérera l’indice de cétane, caractérisant la capacité du carburant à s’auto-enflammer. Plus cette valeur est haute, plus le délai d’auto-inflammation du produit est court et meilleure est la maîtrise du bruit et de la combustion. Pour l’essence, on s’intéressera à l’indice d’octane qui indique la capacité du produit à résister à une inflammation non contrôlée. Plus cette valeur est haute, plus la combustion est optimisée (ceci signifiant une meilleure protection du moteur et de bonnes performances). C’est notamment ce qui différencie les essences SP95 et SP98. Notons qu’aujourd’hui, on parle aussi pour la SP95 de E5, E10 voire E85 (de 5 à 85 % d’éthanol).

En cas d’erreur

Vous venez de mettre du carburant dans votre voiture… mais pas le bon ! Si vous vous rendez compte de cette étourderie à la pompe, ne démarrez surtout pas votre moteur. Vous pouvez ainsi limiter les conséquences de votre erreur. Car une fois démarré, la pompe d’alimentation du moteur va très rapidement aspirer le « mauvais » carburant qui va se retrouver dans le système d’injection (canalisations, pompe d’injection, injecteurs, …). Pour libérer l’emplacement de ravitaillement pour les autres automobilistes, le mieux est de pousser le véhicule.

Du gazole dans le réservoir d’essence

En principe, il est impossible de mettre du Diesel dans une voiture (moderne) à essence. La raison est simple : le pistolet de distribution du gazole est d’un diamètre supérieur à celui du goulot de remplissage prévu pour de l’essence. Par ailleurs, cette erreur de carburant a des effets moins néfastes que de mettre de l’essence à la place du Diesel. Le taux maximal de gazole admis dans un véhicule à essence est de 10 %. Sous ce seuil, il est possible que votre véhicule produise un peu de fumée et que vous ressentiez des à-coups en roulant. Au-delà en revanche, il y a de fortes chances que le moteur refuse purement et simplement de démarrer.

⭐️ A lire aussi :  Et si cette année vous optiez pour du neuf ?

De l’essence dans le réservoir de gazole

C’est l’erreur de carburant la plus fréquente. Ses conséquences peuvent être lourdes pour le moteur et plus particulièrement pour le système d’injection de votre voiture car l’essence va avoir tendance à « lessiver » la couche lubrifiante laissée par le gazole sur les éléments mécaniques. En d’autres termes, vous risquez de provoquer un « grippage » des organes et donc éventuellement des dégâts au dispositif d’injection. Il existe un taux maximal d’essence admis dans un véhicule Diesel. Il est de 15 % l’hiver, de 10 % tout le reste de l’année et de… 3 % pour les moteurs Diesel les plus récents dont la rampe commune d’injection fonctionne sous de très fortes pressions. Sous ce seuil, malgré l’erreur de carburant, votre véhicule doit pouvoir rouler sans trop de risques. Il est conseillé de monter en régime avec douceur afin de compenser la perte de lubrification, et de refaire le plein de gazole le plus rapidement possible afin de diminuer la proportion d’essence et donc ses effets. Si vous avez fait le plein du réservoir au-delà du taux maximal et surtout si vous entendez des bruits anormaux provenant du moteur, ne prenez aucun risque : coupez immédiatement le moteur et appelez un dépanneur. Une vidange sera nécessaire pour ne pas endommager davantage votre voiture.

Vidanger le réservoir ?

Si vous vous êtes trompé de carburant, la méthode la plus simple pour vider un réservoir est de dévisser le bouchon de vidange. Si vous ne disposez pas au moins d’une fosse, cela suppose qu’il vous faudra ramper sous la voiture, sans compter que les risques de douche inopinée ne sont pas à exclure. En l’absence d’un bouchon de vidange, il faudra donc siphonner le réservoir. Cette méthode ne fonctionnera toutefois qu’en l’absence d’un système de sécurité « anti-siphonage » ! On distingue trois méthodes. 

  • Méthode 1
⭐️ A lire aussi :  Eco-conduite : réduire sa consommation de carburant en adoptant une conduite responsable

La première consiste à plonger un tuyau au fond du réservoir et d’en installer un second juste à l’entrée dans lequel vous allez souffler ou injecter de l’air sous pression. Au préalable, vous aurez disposé un chiffon sur le goulot de remplissage. En faisant augmenter la pression dans le réservoir, le carburant va forcément s’échapper par le tuyau le plus long. 

  • Méthode 2

La seconde méthode consiste à recourir à une pompe à siphonner, manuelle ou électrique. Il suffit de plonger le tuyau dans le réservoir et d’actionner la pompe pour voir le carburant arriver. 

  • Méthode 3

Enfin, la dernière méthode consiste à créer une dépression avec sa bouche. Simple, mais néanmoins risqué.

Vous l’aurez compris, dans tous les cas, le mieux est de faire appel à un professionnel.

Erreur de carburant : qui peut m’aider ?

Si vous vous rendez compte de votre erreur à la pompe, faites part de votre problème au personnel de la station-service. Certaines stations sont parfois équipées pour effectuer une vidange. Si rien ne peut être fait en station, contactez votre organisme d’assurances une fois le véhicule immobilisé afin de vérifier si vous pouvez bénéficier de ses services d’assistance et d’un dépannage pour faire acheminer votre véhicule chez un garagiste. Ce dernier effectuera une vidange ou siphonnera le réservoir afin que vous puissiez remplir votre réservoir avec le bon carburant et rouler à nouveau sans danger. Une analyse complète du véhicule n’est pas à exclure selon les cas de figure.

Si vous n’avez pas de garanties d’assistance dans le cadre de votre contrat d’assurance auto, appelez une dépanneuse. Mais dans ce cas de figure, les frais seront à votre charge.

A lire aussi :

Cet article vous a plu ?

Partager cet article