Dacia Jogger – Peugeot 5008 : pour deux places de plus…

Écrit par Laurent Zilli il y a 7 jours
Dacia Jogger – Peugeot 5008 : pour deux places de plus…

Les concurrentes du jour n’ont qu’une chose en commun : 7 places assises. Et contrairement à ce qu’on pourrait imaginer de prime abord, choisir l’une ou l’autre ne sera pas qu’une question de prix.

 

Pour être clairs dès le départ, sachez qu’à budget donné, vous trouverez sur le marché de l’occasion des Dacia Jogger presque neufs, ou des Peugeot 5008 ayant déjà roulé leur bosse. A priori, on pourrait avoir envie d’aller vers le modèle le plus flatteur, quitte à ce qu’il soit moins jeune. Mais attention, un argument pourrait faire basculer le choix : que ferez-vous vraiment des 7 places du véhicule que vous achèterez ?

Le concept : version XL

Le concept de base du 5008 est le même depuis 2009. Si longtemps ? Oui, car rappelez-vous qu’avant celui qu’on connaît maintenant, il se présentait sous la forme d’un monospace. Ce type de véhicule ayant été tué par le SUV, le 5008 a donc dû se reconvertir. Mais nous le répétons, il reste ce qu’il était à la base : un véhicule familial 7 places. La différence, c’est qu’il est maintenant une version XL du Peugeot 3008.

On peut faire un parallèle avec le Dacia Jogger, car lui aussi, on le connaissait déjà. La différence est qu’il n’a pas changé de catégorie, mais plutôt de nom. En effet, derrière l’allure légèrement « crossover » (croisement de véhicules) de la Jogger, se cache finalement celle qu’on connaissait avant sous le nom de Lodgy. Mais pourquoi ce nouveau nom de baptême ? Mystère du marketing. Mais le fait est que ceci est toujours la version XL de la Sandero, avec un énorme coffre et 7 places.

1/1
Le concept
Deux véhicules XL avec 7 places assises.

Le design : deux façons de flatter

Le Duster l’avait déjà prouvé, et toute la gamme actuelle le confirme : Dacia est capable de proposer des voitures au design moins basique que celui de la première Logan. La Jogger est de celle nouvelle lignée, et partage d’ailleurs toute sa partie avant avec le Best-Seller Sandero. Et c’est principalement dans les détails que se trouve l’aspect séduction, comme les phares à signature lumineuse LED qui donnent au Jogger une expressivité pleine de confiance en soi. Avouons que le profil général de break réhaussé est relativement sobre. Mais il a l’avantage d’annoncer la couleur en matière d’espace intérieur. Clairement, ce n’est pas une petite auto. Et puis, avec ses élargisseurs d’ailes et ses galeries de toit, on ne peut pas dire que la Jogger dégage une allure fondamentalement « Low Cost« . Bref, il se veut plus flatteur pour son propriétaire que de plus anciennes productions de la marque.

Flatteur, le Peugeot 5008 l’est aussi, mais à un tout autre niveau. Visage très affirmé, regard un peu agressif et bourré de caractère, feux de jour LED en forme de crocs… Ce design a manifestement tapé dans l’œil d’énormément de monde. Car c’est à n’en pas douter en grande partie ce qui explique le succès du modèle sur le marché. Sous les autres angles, le 5008 exprime l’aspect pratique et sécurisant, qui vont avec sa vocation. Mais on y revient : le design cherche à rendre la personne au volant fière de conduire une familiale.

1/1
À bord
Dacia va à l'essentiel tandis que Peugeot mise sur un design plus moderne.

La vie à bord : besoin régulier ou occasionnel ?

C’est dans ce chapitre que vous trouverez peut-être l’argument décisif de votre choix. Mais d’abord, petit tour de propriétaire.

Petit volant très agréable à tenir en main, tableau de bord au look et au positionnement un peu spécial (le fameux i-Cockit cher à Peugeot), écran central souligné de ses boutons de commandes façon aéronautique… L’ambiance dans le 5008 est on ne peut plus moderne. Difficile de faire plus « design », et c’est quelque chose qu’on aime… ou pas. Par ailleurs, la qualité de finition marque une évolution remarquable chez Peugeot. Une qualité décrite quasi-unanimement par la presse spécialisée comme étant égale, voire supérieure à celle des sacro-saintes productions germaniques. C’est dire !

Les choses sont bien sûr moins « haut de gamme » dans la Dacia Jogger, mais sans créer l’extase esthétique, le design n’a plus rien du simplisme trop basique des premières Dacia connues chez nous. Ensuite, la qualité des plastiques progresse, même si c’est toujours là qu’on trouve la justification du prix de la voiture. Il n’y a pas de secrets : de jolis plastiques flatteurs, ça coûte (très) cher. Cela dit, Dacia a trouvé la parade avec un tissu chamarré aussi agréable à l’œil qu’au touché qui peut habiller les garnitures de portes et la planche de bord. Ça change complètement l’ambiance à bord, et on a de moins en moins l’impression d’une voiture « bon marché ». Pour ce qui est de l’aspect technologique, le constructeur fait un choix intelligent, en phase avec sa philosophie de réduction de la facture : juste un écran tactile, un récepteur radio FM, mais aucune des fonctions qui feraient double emploi avec celles que nous avons tous… sur nos smartphones. Il suffit de connecter celui-ci à la prise USB, et grâce à Android Auto ou Apple CarPlay, toutes les fonctions du téléphone sont accessibles via l’écran de la voiture. Efficace et pas cher : bien vu ! Cela dit, Dacia propose aussi un système complet, pour qui n’aurait pas de smartphone, par exemple.

Dans la Dacia Jogger, les places centrales sont plus « normales » que dans le Peugeot, et elles ne sont pas modulables.

 

Et nous voici à l’argument décisif : l’espace intérieur. Dans le 5008, on n’a vraiment pas à se plaindre. Les places arrière sont tout simplement royales ! Non, il n’y a toujours pas de place centrale sur la banquette, mais l’espace aux jambes pourrait difficilement être plus généreux. Et ce n’est pas tout. Cette banquette est en fait montée sur rails. Elle peut coulisser vers l’avant ou vers l’arrière pour répartir l’espace entre places arrière et coffre en fonction des besoins. Et elle peut bien sûr basculer, pour donner accès à deux places supplémentaires. Mais dans tous les cas, ces dernières restent des places d’appoint, pas celles dans lesquelles on traverserait le pays pour les départs en vacances. Du moins, dès qu’on n’est plus un petit enfant. Par ailleurs, si les 7 places sont occupées, le coffre est alors plutôt symbolique.

Dans la Dacia Jogger, les places centrales sont plus « normales » que dans le Peugeot, et elles ne sont pas modulables. Elles restent néanmoins suffisantes pour des adultes. Et c’est aussi le cas des places 6 et 7 ! De plus, même lorsque toutes les places sont occupées, le coffre reste utilisable. Un symbole de générosité que cet habitacle. S’il faut trouver une critique, disons que les places de coffre de la Dacia sont démontables, pas escamotables comme dans le Peugeot. Et si on ne les retire pas de la voiture, on reste en permanence avec une banquette pliée en portefeuille dans le coffre.

Mais la conclusion est là : si c’est par besoin permanent qu’il vous faut 7 places, c’est le modèle le plus généreux qu’il vous faut. Autrement dit, si vous aimez les passagers qui prendront place sur les 2 sièges de la troisième rangée, misez sur le Dacia Jogger !

1/1
Les places arrière
Les places de coffre de la Dacia sont démontables, pas escamotables comme dans le Peugeot.

Le gimmick : escamotable Vs démontable

Chaque concept a ses avantages et ses inconvénients. Avec des places supplémentaires escamotables, on peut les ranger discrètement sous le plancher de coffre, et elles sont toujours là pour un besoin imprévu. Mais… elles sont toujours là. Et elles occupent donc un volume de coffre qu’on pourrait trouver utile. Les places démontables, c’est le contraire. Elles sont encombrantes si on veut se les garder sous la main au cas où. En revanche quand on a la certitude de ne pas en avoir besoin, on les range au garage, et le coffre est alors carrément abyssal.

Les motorisations : choix rationnels

Dans le Peugeot 5008, il y a de tout, et pour tout le monde. Ou presque. Pour un usage modéré à « normal », le constructeur propose des moteurs essence de 130 ou 180 chevaux. Fidèle à lui-même, le constructeur n’oublie évidemment pas les dévoreurs de kilomètres, avec un Diesel, également décliné en 130 et 180 ch. Qu’est-ce qu’il manque ? La version hybride rechargeable qui existe pourtant chez le petit frère 3008. L’explication est que les batteries de celui-ci, placées sous le plancher du coffre, sont incompatibles avec les deux places escamotables.

Deux motorisations sont disponibles pour la Dacia Jogger, celui de base 65 ch qu’on trouve sur d’autres modèles de la gamme n’ayant pas été retenu ici. On a donc le choix entre deux déclinaisons du moteur 1.0 litre essence turbo. L’une de 110 ch, parfaitement polyvalente et par ailleurs assez économique, grâce au poids modéré de la Jogger. Mais pas aussi économique (surtout sur le plan financier) que la déclinaison 100 ch bicarburant essence et… GPL. À noter au passage que l’intégration du GPL est parfaitement réalisée en usine, puisque la voiture reçoit une jauge spécifique dans le petit écran du tableau de bord, ainsi qu’un commutateur qui ressemble à tous les autres boutons de commande de la voiture. Pas de bricolage inesthétique, donc.

1/1
Sur la route
Plaisir pour le 5008 versus confort pour le Jogger.

Le comportement routier : plaisir moderne ou à l’ancienne

Quel que soit le moteur choisi, le 5008 offre une expérience de conduite qui va de l’agréable au franchement engageant. Et ne vous laissez pas rebuter par l’apparente modestie du moteur essence 3 cylindres 1.2 litre de 130 ch : il s’acquitte parfaitement de la légèreté du 5008. Cela étant, si l’idée est bien d’exploiter pleinement ce que le 5008 offre, s’orienter vers un moteur plus musclé n’est pas à écarter.

Côté comportement proprement dit, c’est un fait, le 5008 est un Peugeot. Bien qu’il soit un peu moins sportif que le plus compact 3008, il est étonnant. Si bien que même si on le choisit « par obligation » pour répondre à des impératifs familiaux, ça ne signifie pas qu’on doive renoncer à son goût pour de vraies sensations de conduite, bien évidemment associées à un agrément général d’excellent niveau.

Pour ce qui est de la Dacia, on sent très clairement que sa vocation est le confort. Entre ses amortisseurs bien dosés et ses pneus de bonne taille, elle parvient brillamment à filtrer les irrégularités de la route. On saluera par ailleurs une insonorisation qui a très nettement progressé. Ajoutons que pour certains nostalgiques, la conduite de la Dacia est aussi très amusante. Car tout en étant à la hauteur de notre époque à tous niveaux, elle renvoie à l’époque d’avant les assistances électroniques. De par sa simplicité, elle offre des sensations un peu « à l’ancienne ». Nous, ça nous a plu.

Reezocar a adoré

  • Look décomplexé de la Dacia
  • Son habitabilité hyper généreuse
  • Les places royales de la 2e rangée du Peugeot 5008
  • Son plaisir de conduite

Reezocar a moins aimé

  • Les sièges un peu durs de la Dacia
  • Sa troisième banquette encombrante si pas utilisée
  • Le manque d'intuitivité du système multimédia du Peugeot 5008
  • L'incompatibilité des 7 places et des moteurs hybrides

Conclusion

Démonstration est faite : choisir entre deux modèles très différents mais à la même vocation familiale ne sera pas qu’une question de budget ou d’envie d’un véhicule flatteur. Tout dépend avant tout du réel besoin (ou non) de 7 places.

Retrouvez toutes les annonces de Dacia Jogger et de Peugeot 5008 sur Reezocar

Partager ce comparatif