Essai Peugeot 2008 : la métamorphose

Écrit par Laurent Zilli le 29 avril 2022

Après la tentative timide du 4008, Peugeot a finalement cartonné dans la catégorie "SUV citadins" avec le premier 2008. Pour la 2e génération, le constructeur ne s'est pas reposé sur ses acquis, mais a au contraire tout bouleversé. Avec brio.

Essai Peugeot 2008 : la métamorphose

Dans sa présentation du nouveau 2008, Peugeot affirmait « Le monde change. Les nouveaux enjeux appellent des réponses adaptées dans tous les segments de l’automobile. » Partant de ce postulat, le constructeur a vraiment métamorphosé son best-seller, du look jusqu’à la conduite, en passant par les solutions mécaniques…

Le concept : valeurs traditionnelles et avant-gardisme

Le 2008 a été un ticket gagnant pour Peugeot dans la catégorie des SUV citadins où la bataille est particulièrement rude. Au moment de le renouveler, un constructeur moins avisé ou moins audacieux aurait joué la sécurité, et capitalisé sur une recette à succès. Mais à l’époque de la conception du modèle, même si les choses ne s’étaient pas encore emballées, si Europe et constructeurs n’avaient pas encore si massivement prêté allégeance à la fée électricité, il était déjà clair qu’il fallait prévoir le coup. Le 2008 a donc été pensé pour offrir à la fois le plaisir de conduite traditionnel de Peugeot, et des solutions d’avenir.

Le 2008 reprend le langage esthétique lancé par le grand frère 3008.

Le design : « Quoi, ma gueule ? »

Vous vous rappelez le design sage et inoffensif du précédent 2008 ? Maintenant, regardez les photos de ce SUV, et avouez que la transformation ne pouvait être plus radicale. Logique d’unité familiale, le 2008 reprend désormais le langage esthétique lancé par le 3008. Lignes tranchantes, épaules carrées, face pleine de caractère. Passez-nous l’expression, mais c’est un engin qui a vraiment de la gueule, qui regarde le monde avec un air de défi, et qui dénote dans sa catégorie. Ce style semble donc s’adapter à merveille à des dimensions plus compactes que celles du grand frère. Notez que nous nous surprenons souvent à hésiter quand nous croisons un SUV Peugeot sur la route : 2008 ou 3008 ? Le doute persiste toujours quelques secondes. Avoir l’air plus grand qu’il n’est en réalité, n’est-ce pas un compliment pour le 2008 ?

La vie à bord : Sci-Fi

Le design très affirmé de l’extérieur, on le retrouve à l’intérieur. Le plus étrange, c’est que le 2008 reprend intégralement la planche de bord de la 208, mais ce « mobilier » rectiligne et angulaire semble être plus à sa place ici que dans la citadine, extérieurement plus en rondeurs. Entre le tableau de bord spécial par sa position et son affichage « effet hologramme », la tablette centrale, les boutons « toggle » (à bascule) de rappel des fonctions principales, la tablette centrale tournée vers le conducteur et même ce petit volant, on a l’impression de s’installer dans une vision science-fiction de ce qui se place entre la voiture et l’astronef de combat. Bon, nous allons peut-être un peu loin, mais le fait est qu’à la première découverte, il y a un effet de surprise certain. Avec en outre les excellents sièges enveloppants, d’inspiration sportive, cet intérieur est un appel à la conduite.

Le design très affirmé de l’extérieur, on le retrouve à l’intérieur.

Tout n’est cependant pas parfait. Car comme on le constate systématiquement sur les toutes dernières productions de la marque, l’aspect ergonomique, l’intuitivité du système multimédia ainsi que certaines commandes mériteraient d’être un peu repensés. Il n’est par exemple pas très pratique, ni très sûr, de devoir repasser par un menu pour changer la température de la climatisation. Et bien que nous soyons assez fans de ce « gadget », vous pourriez vous sentir un peu déstabilisés par l’affichage holographique des compteurs. Quoi qu’il en soit, qu’on parle aides à la conduite ou fonctions connectées, le Peugeot 2008 ne laissera personne sur sa faim.

Le 2008 profite aussi de sa conception « prêt pour le futur ». Car cela implique une plateforme un peu particulière (nous y reviendrons), dont une spécificité est un empattement – écart entre roues antérieures et postérieures – particulièrement généreux. Cela au bénéfice des places arrière, plus spacieuses que la moyenne du segment. Et ne croyez pas que le coffre soit sacrifié pour autant : 455 litres, franchement pas mal pour un véhicule de 4,3 m de long.

455 litres de capacité de chargement, c’est franchement pas mal pour un véhicule de 4,3 m de long.

Les motorisations : un choix osé

Alors, pourquoi cette plateforme et ce généreux empattement ? Pour pouvoir loger… des batteries. Comme la 208, le 2008 (ou plutôt e-2008) est en effet proposé en version 100% électrique. Mais contrairement à la e-208, le e-2008 n’a actuellement aucun concurrent direct parmi les constructeurs « installés ». Pour lui en trouver un, il faut aller chez les constructeurs chinois, ou les marques premium. Le 2008 électrique revendique 136 chevaux (ch) et une autonomie théorique de 320 km.

Mais rassurez-vous, Peugeot n’oublie pas les « non convertis » à l’électrique. Le catalogue 2008 comprend aussi des moteurs essence 100, 130 et 155 ch, et des Diesel 100 et 130 ch.

Le comportement routier : c’est un Peugeot !

Précisons d’entrée une chose : les nostalgiques des Peugeot fun et dansantes d’autrefois ne retrouveront pas le même sens du jeu dans le 2008, ni dans aucun modèle actuel de la marque d’ailleurs. Aujourd’hui, priorité est donnée à l’efficacité et à la rigueur. Il n’empêche que le constructeur met toujours un point d’honneur à créer des véhicules qui impliquent réellement le conducteur, qui « l’attirent » vers la route et donnent envie de prendre les choses en main. C’est donc le cas pour le 2008, qui n’a rien de stérile. Outre le fait d’offrir un confort comme on l’attend de la part d’un petit véhicule familial, il dispose d’un train avant franchement mordant, d’une direction très agréable (encore plus grâce au petit volant généreux en sensation), de mécaniques hargneuses dès la version de base, le tout avec un poids bien contenu. Donc, dès qu’un petit enchaînement de virage se présentera, votre sourire sera garanti. Et la bonne nouvelle finale est que même dans la version électrique, lestée de 340 kg de batterie, l’impression de légèreté demeure

 

Reezocar a adoré

  • Le look un peu provocateur
  • L'ambiance intérieure futuro-sportive
  • Disponible en électrique (rare dans sa catégorie)
  • Comportement engageant

Reezocar a moins aimé

  • Système multimédia peu intuitif
  • Position de conduite pas idéale pour les grands gabarits

Conclusion

Le Peugeot 2008 a bien réussi son passage dans ce qu'on peut appeler une nouvelle ère de l'automobile. Style avenant, palette mécanique complète, version électrique sans grande concurrence : les stratèges de la marque ont bien calculé leur coup. Tout cela explique pourquoi le modèle est à nouveau un des plus grands succès de sa catégorie, amplement mérité, à notre avis.  

Retrouvez toutes les annonces de Peugeot 2008 sur Reezocar.com

A lire aussi :

Partager cet article