Essai Range Rover Evoque : le rival anglais

Écrit par Laurent Zilli le 15 septembre 2022

Si pratiquement personne ne réussit à faire de l’ombre aux marques germaniques dans le monde des berlines premium, le Range Rover Evoque a su se faire une place dans celui des SUV compacts haut de gamme.

Essai Range Rover Evoque : le rival anglais

 

Rien, aucune crise ne semble pouvoir enrayer le succès des SUV compacts premium. Les modèles de Mercedes, BMW et Audi continuent à séduire les foules, et bien qu’il reste un outsider, le Range Rover Evoque est loin de faire de la figuration.

Le concept : mini-Range

Longtemps seul sur son olympe automobile, le Range Rover s’est un jour penché vers le bas, et constata que le monde grouillait de modèles à forte valeur ajoutée. La marque britannique avait donc clairement avantage à explorer ce terrain. Ainsi naquit le Range Rover Evoque, portant en lui ce qu’on ne peut dissocier de Range Rover : de la classe, une vision moderne du luxe british empreint d’une certaine aristocratie, et, le cas échéant, de véritables capacités tout-terrain.

Le design : argument N°1

Chez Land Rover, l’Evoque a marqué un tournant en termes de design. Rappelons en effet que c’est avec la première génération qu’est apparu le style très lissé, comme un galet poli par le temps, que chaque modèle de la famille Range peaufine de génération en génération. Et c’est cela qui a fait mouche auprès du public. L’Evoque était (et est toujours) comme une sculpture roulante, un objet de design qu’on ne pose pas en vitrine, mais dans lequel on peut voyager. Sans aucun doute, le design est l’argument N°1 du Range Rover Evoque. C’était encore plus vrai pour la version « Coupé » 3 portes encore plus sexy, et pour le Cabrio aussi exotique que bien réalisé, deux déclinaisons de la première génération qui n’ont hélas pas été retenues pour la seconde.

 L’Evoque s’illustre par sa présentation intérieure à trois écrans : le tableau de bord numérique, l’écran central et un autre dans le bas de la console.

La vie à bord : la beauté vaut bien un sacrifice

Le Range Rover Evoque cherche plus à caresser l’œil que n’importe lequel de ses concurrents, avec un design plus inspiré et disons même plus contemporain. Le cuir est la matière privilégiée. Il est indéniable qu’il en résulte une ambiance à bord luxueuse. C’est dans un cocon haut de gamme qu’on se trouve. Mais les obsessionnels de la rigueur germanique trouveront facilement dans l’Evoque matière à critique en termes de qualité absolue. Question de priorité… Car ne dit-on pas qu’un des charmes des voitures anglaises est leur imperfection ?

Un SUV, même compact, ayant à priori une vocation familiale, se doit d’être pratique. L’Evoque actuel a fait des progrès dans ce domaine par rapport à la première génération, mais disons que l’espace arrière est passé de « un peu juste » à « c’est mieux, mais pas encore fantastique ». En clair, si c’est pour emmener une famille que vous vous intéressez à lui, l’Evoque n’est peut-être pas le meilleur choix. Comme nous l’a expliqué un jour un designer de renom : si on veut créer quelque chose de vraiment beau, il faut oser sacrifier un peu de sens pratique.

En matière d’habitabilité, l’Evoque n’est peut-être pas le meilleur choix pour emmener une famille.

 

À la pointe de la technologie

En matière de technologies, on peut dire que le Range Rover Evoque domine ses adversaires, et ce pourplusieurs raisons. En effet, s’il fait jeu égal sur le plan des fonctions multimédias et de la connectivité, il s’illustre par sa présentation intérieure à trois écrans : le tableau de bord numérique, l’écran central et un autre dans le bas de la console. Le plus fort est que tout cela ne donne jamais l’impression d’une démonstration tape à l’œil. Tout est très joliment intégré, avec élégance. Par ailleurs, les aides à la conduitesont du même acabit que ce que l’on trouve ailleurs, ce qui n’est pas le cas de la spécialité maison : les aides à la conduite tout-terrain. En cela, le Range Rover Evoque fait honneur à son nom. Attention toutefois, tous les modèles n’ont pas été équipés des options ad-hoc, ni même des quatre roues motrices. Et si l’Evoque est le meilleur de sa catégorie en off-road, il reste très en-deçà de ce que peut faire un « vrai » Range, en raison d’un outillage moins évolué, et bien sûr d’une garde au sol pas vraiment impressionnante.

 Climatisation… ou off-road !

Le gimmick : climatisation ou off-road

Partie la plus intéressante de l’habitacle, ce troisième écran dans le bas de la console, qui assume plusieurs fonctions. En temps normal, il fait office de panneau de commande de climatisation. Mais passez en mode « Offroad » et cet écran basculera sur les multiples paramétrages de la conduite tout-terrain. Gadget, mais vraiment cool.

Les motorisations : le choix est vaste

À son lancement en 2019, le Range Rover Evoque ratissait plutôt large. Bien sûr, il s’agit d’un véhicule haut de gamme, donc même le moteur d’entrée de gamme l’est également. Pas question ici de « petit moteur pour petit trajet », l’offre essence se compose de moteurs de 200 chevaux (Evoque P200) ou 250 ch (P250). On choisira en fonction de ce que l’on veut bien payer et des performances qu’on recherche. Des milliers de kilomètres hebdomadaires sur autoroute ? L’Evoque a ce qu’il faut, avec les blocs Diesel D150, D165, D180, D200 et D240, le chiffre, vous l’aurez compris, indiquant la puissance. Enfin, l’Evoque n’oublie pas d’être dans l’air du temps, avec le P300e, version hybride rechargeable développant un total de 300 ch, et dont la batterie autorise une cinquantaine de kilomètres en mode 100% électrique.

L’agilité et le dynamisme dont il fait preuve étaient inattendues de la part d’un constructeur dont ce n’est pas la spécialité.

Le comportement routier : pas où on l’attend 

Le Range Rover Evoque nous a bluffés dès le début. Soyons clairs : il est certes moins incisif en conduite sportive qu’un concurrent de chez BMW par exemple. Mais l’agilité et le dynamisme dont il fait preuve étaient à sa naissance inattendues de la part d’un constructeur dont ce n’est pas la spécialité. Remarquable ! D’autant que chez Range, on a réussi tout cela tout en conservant un confort digne de ce nom. Pas du ouaté comme dans le vrai Range Rover évidemment, mais du vrai confort quand-même. Et bien sûr, quand l’Evoque est équipé d’une transmission 4×4, ce n’est pas que pour le tout-terrain. Sur route aussi, cette dernière est un plus indéniable en matière de tenue de route.

Reezocar a adoré

  • Le design sculptural

  • L’ambiance intérieure raffinée

  • Le comportement routier plus engageant qu’attendu

Reezocar a moins aimé

  • L'habitabilité arrière de l'Evoque

  • L'absence de Coupé et Cabrio en génération 2

  • La réputation en matière de fiabilité

Conclusion

Choisir un Range Rover Evoque, c’est avant tout choisir le design et le raffinement. Mais mieux vaut savoir que cela ne va pas sans quelques concessions, notamment sur le plan de l’habitabilité. Voiture principale de la famille ? Pas sûr. Seconde voiture ? Sans aucun doute.

 

Retrouvez toutes les annonces de Range Rover Evoque sur Reezocar.

Partager cet article